Europe Politique

Projet d’Europe : le Conseil Nordique (3/4)

Quelles frontières pour quelle Europe ? L’Europe, ce n’est pas uniquement la partie occidentale du continent ni le Sud, c’est aussi le Nord. Ce Nord parfois oublié dans les projets de coopération et d’intégration européenne. Aujourd’hui, c’est une Europe du Nord variée mais pleinement intégrée qui est une force. Entre une Suède qui n’a toujours pas adoptée l’Euro et une Norvège qui n’adhère pas à l’Union Européenne, comment l’Europe du Nord s’est-elle façonnée une place dans l’Europe que nous connaissons ?

L’histoire du Conseil Nordique

La vocation première du Conseil Nordique est de créer un forum de coopération destiné aux diverses institutions parlementaires provenant des pays nordiques, avec l’idée d’une coopération entre ces pays et la réalisation d’objectifs que chaque Etat ne parviendrait pas à assurer seul. C’est en 1952 que le Conseil Nordique voit le jour, et les pays membres se destinent à une coopération interparlementaire grâce à cet organe. En 1985, après plus de trente ans d’existence, le symbole du cygne voit le jour, un cygne avec huit plumes représentant les huit Etats membres. Lors de la création du Conseil Nordique, seulement quatre pays s’y sont engagés : la Norvège, la Suède, l’Islande et le Danemark. En 1955, la Finlande est intégrée et durant les années 1970, ce sont les territoires d’Åland et des îles Féroé qui seront intégrés avec leurs propres délégations. Enfin en 1984, c’est le Groenland qui deviendra membre à son tour. Comme pour tout organisme international, le Conseil Nordique s’est également doté d’institutions.

Les institutions du Conseil Nordique

Le Conseil Nordique dispose des institutions suivantes : un président, un vice-président et un secrétaire général, et il dispose également d’organes d’assistance. Le Conseil se compose de 87 représentants des territoires et pays membres. Ils sont, pour chacun, parlementaires dans leurs pays et sont désignés par les parlements nationaux. Un présidium, dont les membres sont élus par leurs pairs, assure la direction de l’institution. À partir de 1996, le Conseil Nordique établit son fonctionnement sur des sessions annuelles ordinaires, et sur des sessions à thème pour certains sujets. Les bureaux du Conseil, pour la plupart basés à Copenhague, disposent d’antennes au sein des pays membres de l’organisation. Le Conseil Nordique dispose également d’un Conseil des ministres, crée dans le cadre d’une coopération nordique accrue, et il trouve son origine en 1971. Le Conseil Nordique des ministres reste l’institution officielle pour assurer la coopération intergouvernementale dans la région Nord-Européenne. La coordination et la coopération sont en théorie assurée par les Premiers ministres, mais dans la pratique elles sont déléguées aux ministres de la Coopération nordique.

Une organisation pour quels objectifs ?

Dès la naissance du Conseil Nordique, des règles communes pour les pays membres vont être instituées, en particulier en ce qui concerne le marché du travail et les modèles de sécurité sociale. Alors que l’Union Européenne est souvent perçue comme étant à l’origine de la liberté de circulation sans passeport entre les membres, les pays membres du Conseil Nordique instituent l’Union Nordique des passeports avant même la création de l’espace Schengen. Cette union, créée en 1954, entre en application en 1958 et elle prévoit que les ressortissants des pays non-membres du Conseil Nordique peuvent également circuler librement entre les pays membres mais doivent disposer sur eux de documents attestant leurs identités.

En plus d’avoir pour objectif de garantir une coopération renforcée entre les membres et la liberté de circulation, une coopération administrative s’est également développée. Les citoyens des pays membres peuvent désormais obtenir la nationalité d’un autre pays membre grâce à des démarches simplifiées, le tout dans un souci de coopération et d’intégration nordique.

Aujourd’hui, quel avenir pour le Conseil Nordique ?

 De nos jours, les projets du Conseil Nordique sont moins présents qu’auparavant. Cela est essentiellement dû à la prépondérance de l’Union Européenne sur le continent. Cependant, le Conseil Nordique conserve un rôle culturel car chaque année, il décerne cinq prix : le prix de littérature, le prix de littérature pour enfants et jeunes, le prix du film, le prix de la musique et le prix de l’environnement. Cela lui permet ainsi de peser dans le domaine de la culture au sein de cette région.

 

Renart Hugo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s