Europe Politique

Projet d’Europe : le groupe de Visegrád (4/4)

Comment se présentera l’Europe de demain ? En une entité fédérée ou confédérée ? En organisations internationales ? Ou bien en un retour des pays isolés ? Partout en Europe, en amont de l’Union Européenne, des organisations internationales et organismes ont vu le jour et ont contribué à une construction européenne. Différents modèles de construction sont nés en Europe centrale, Europe du Nord, entre les pays non membres de l’UE. Et aujourd’hui ce sont les pays de l’Est, et leur vision de la construction européenne, qui apportent une rupture avec les conceptions en place. Le Groupe de Visegrád en est le parfait témoin. Chargé de contribuer à l’insertion des pays de l’Est dans l’Union Européenne, il est aujourd’hui une organisation internationale moteur de dissidence dans l’Est de l’Europe, mais également dans les milieux eurosceptiques.

Les origines de Visegrád

 L’existence du groupe de Visegrád se découpe en deux séquences historiques. La première en 1335, avec la création d’une alliance anti-Habsbourg lors d’une rencontre entre les rois de Bohême, de Pologne et de Hongrie. Les dirigeants présents se mirent d’accord pour favoriser la création de routes commerciales nouvelles, facilitant l’accès aux divers marchés d’Europe.

Le groupe de Visegrád moderne, dénommé également « V4 », voit le jour en février 1991. Les pays formant ce groupe souhaitent faciliter et accroître leur coopération afin d’accélérer leur intégration au sein de l’Union Européenne. Appelé dans un premier temps « triangle de Visegrád », la dissolution de la Tchécoslovaquie en janvier 1993 donna naissance à la forme actuelle du groupe.

L’institution du groupe de Visegrád

Le groupe de Visegrád dispose d’un mode de fonctionnement intergouvernemental, avec une prise de décision sur le modèle du consensus. Cependant, le groupe ne possède pas de structure permanente et le travail mené par les membres du groupe est découpé en présidence tournante, mais également en rencontres de chefs d’États, de chefs de gouvernements et de différents ministères et secrétariats d’États. Le calendrier des rencontres gouvernementales évolue selon le calendrier de la politique européenne, les conseils européens et autres sommets continentaux. Lors de leurs rencontres gouvernementales les pays membres du groupe de Visegrád adoptent essentiellement des positions communes concernant les décisions de l’Union Européenne.

Enfin, lors de rares occasions, les travaux du V4 se retrouvent élargis à des pays membres ou non de l’Union Européenne. Ces sessions sont appelées « V4+ », et elles ont lieu lorsque des questions en rapport aux priorités européennes ou internationales sont abordées.

Quelles missions pour le V4 ?

Dans un premier temps, le groupe de Visegrád a eu pour objectif de faciliter et d’accélérer l’intégration de ses membres à l’Union Européenne et à l’Alliance Atlantique. Désormais, c’est la coopération qui est au cœur du groupe de Visegrád. Coopération en matière politique, avec des prises de décisions communes entre les membres, par exemple en matière de souveraineté, de mobilité sur le marché du travail ou encore d’harmonisation fiscale souhaitée par l’Union Européenne. En 1999 un fond voit le jour, le fond international de Visegrád, avec 8 millions d’euros de budget. Il développe des bourses scolaires et de recherche, et favorise la coopération transfrontalière des membres. Un des exemples de politique commune adoptée par les pays membres concerne la crise migratoire en Europe. Dès 2015 les pays membres s’opposent à l’accueil des migrants. En 2017 les pays membres continuent de s’opposer à l’accueil des migrants en dénonçant un « diktat » de l’Union Européenne. La coopération reste désormais la mission principale du V4.

Après une intégration, quelle pérennité ?

Autrefois ignoré, ce groupe est aujourd’hui en plein gain de notoriété, en particulier grâce aux idéologies communes des chefs d’Etats membres. Grace à leurs idéologies proches, l’application de décisions et politiques communes se développent. Les points de convergences concernent la souveraineté des membres dans une Union Européenne jugée trop importante. Le V4 assure également sa pérennité avec la défense des principes européens suivants : le marché unique, les quatre libertés de circulation, la volonté de rapatriement de compétences au niveau national et un renforcement du Conseil Européen au détriment de la Commission.

Mais dans une Europe où l’Union Européenne a pris une place de grande ampleur et où les pays membres y voient une perte de leur souveraineté ainsi qu’une uniformisation des pays d’Europe, que se passe-t-il si plusieurs pays de l’UE voient en ce groupe une alternative à la construction européenne actuelle ? Deux pays semblent se rapprocher, l’Autriche et la Roumanie. L’Autriche, avec l’arrivée au gouvernement de l’extrême-droite, voit en ce groupe une nouvelle opportunité, mais pour ce cas seul l’extrême-droite autrichienne semble intéressée. Comme l’indique Heinz-Christian Strache, chef du parti d’extrême-droite autrichien « Ce serait bien si nous pouvions peut-être devenir membre du groupe de Visegrád ». En effet pour ce parti politique, le groupe de Visegrád défend l’idée de l’Europe des Nations et des projets, Europe où chaque État n’est pas interdépendant des autres États du continent. Mais depuis peu, c’est aussi la Roumanie qui s’intéresse au groupe de Visegrád.

Bien que les revendications soient différentes, certains points convergent : la dénonciation de la perte de souveraineté, le refus du fédéralisme et enfin le retour de la politique nationale par opposition aux politiques communes.

Renart Hugo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s