Laïcité : explication par l’armée d’un concept encore flou.

Alors que le concept de laïcité existe depuis 1905 avec la séparation de l’Eglise et de l’Etat dans l’espace public, le terme de laïcité militaire a été quant à lui employé en 2009 par un ancien chef d’Etat-Major, cette dernière expression renvoyant surtout à la conception d’« une pratique de la laïcité où le religieux existe à ciel ouvert ».

Pourtant, le concept reste encore flou pour beaucoup, autant en France qu’ailleurs. Elle est à ce propos, aujourd’hui, au cœur des débats et autres polémiques virulentes en référence aux religions. Tout cela pose finalement la question de savoir quelle place accorder à la religion et à sa pratique au sein de nos sociétés modernes.

 « La laïcité française est-elle hostile aux religions ? »
« La laïcité française est-elle l’expression d’une indifférence absolue de l’État vis-à-vis du religieux ? »
« La laïcité française interdit-elle d’exprimer son identité religieuse dans l’espace public ? » ou encore
« La République française reconnaît-elle des communautés religieuses ? ».

A toutes ces questions, sources de préjugés, d’incompréhensions et de ressentis négatifs envers la France, l’armée répond « non » et préfère surtout mettre en avant la liberté de culte, basée sur une pratique régulée « pour en tirer le meilleur parti pour l’intérêt général ».

Depuis quelques années, les restrictions concernant le port de tenues vestimentaires considérées comme étant des signes religieux dans l’espace public (dont la rue), ont soulevé bien des malentendus et une perception pouvant laisser penser à « une France hostile aux religions » pour la communauté internationale.

 Face à cette incompréhension pesante des institutions étrangères et des homologues militaires à l’étranger,  le ministère des armées – anciennement ministère de la défense jusqu’à 2017- a rendu public mercredi 14 mars un livret pour « expliquer la laïcité française ». En effet, cette démarche a été instituée à la suite d’une « demande émanant de nos missions étrangères et attachés de défense pour expliquer la laïcité française à nos partenaires étrangers » selon le directeur général des relations internationales et de la stratégie (DGRIS) du ministère, Philippe Errera.

Le ministère pense même à diffuser ce livret aux écoles militaires comme Saint Cyr ou encore à l’appliquer à la fameuse JDC, Journée de la Défense et de la Citoyenneté.

L’armée se veut garante d’une pédagogie par l’exemple et prouve, à travers « la laïcité militaire », que la République n’est en rien hostile à l’expression publique de sentiments religieux. Elles emploient, à ce titre, des aumôniers militaires de quatre cultes – catholique, israélite, protestant depuis 1874 et musulman depuis 2005, malgré l’image d’un environnement particulièrement contraignant.  

Grade des Aumoniers militaires.

tyo

Pourtant cela semble paradoxal. Rappelons-le, la loi de 1905 sépare l’Eglise des organes de l’Etat dans l’espace public ; mais une clause concernant des dispositions particulières pour les personnes détenues dans les prisons, pour les hôpitaux et les internats scolaires publics est à prendre en considération. Ainsi, l’Etat se voit dans l’obligation d’accorder un accès à un aumônier qu’il aura lui-même désigné dans tous les lieux où un individu ne peut accéder librement aux lieux de culte traditionnels.

shagas.png

L’armée se veut ainsi être « le seul endroit où la société française se retrouve dans toute sa diversité », (Eric Germain, responsable des questions religieuses à la direction des affaires internationales et stratégiques), autant à travers la place qu’elle attribue aux poids des diverses religions et origines, qu’aux jeunes, à travers les campagnes de recrutement de réservistes, ou encore à l’intégration des femmes dans son enceinte. L’armée ne lésine, d’ailleurs pas sur les campagnes de communication qui mettent à l’image ses idéaux et sa volonté à constituer des gardiens de tous horizons, sans distinction aucune, tant que ces individus sont réunis pour la même cause : l’amour qu’ils portent à la France.

Affiches de recrutement 

Hadou Mariame