La condition des albinos.

Qu’est-ce que l’albinisme ?

L’albinisme est une anomalie génétique et héréditaire touchant à la fois l’espèce humaine et animale dans le monde entier, sans distinction ethnique ou de genre. Elle affecte la pigmentation de la peau et se traduit par un déficit de production de mélanine, pigment fabriqué par les cellules de la peau et qui lui donne sa coloration plus ou moins foncée. Grâce à un taux de mélanine élevé, l’individu ou l’animal est davantage protégé face aux rayons ultraviolets, parfois mortels, émis par le Soleil.

Dans le cas des albinos, en raison de leur faible taux de mélanine, ils se trouvent photosensibles (sensibilité à la lumière) ainsi qu’extrêmement fragiles face aux rayons ultraviolets précédemment évoqués. Ce sont des personnes à risques, susceptibles d’être sujettes à des brûlures voire de contracter des cancers de la peau. En fonction des différentes formes d’albinisme, un suivi médical et des conditions particulières de vies se révèlent parfois indispensables.

On parle d’albinisme oculaire lorsque la maladie affecte essentiellement l’œil. L’albinisme oculo-cutané, quant à lui, touche à la fois les yeux et la peau.

Concernant l’apparence physique, l’individu touché par l’albinisme possède des yeux très clairs et une peau très blanche, à l’instar de ses cheveux, poils, sourcils et cils.

albinos 2.jpg
Paon albinos.

Depuis le 13 Juin 2015, les Nations Unis ont mis en place une journée internationale de sensibilisation à l’albinisme. La Résolution A/RES/69/170, issue de la 73e séance plénière en date du 18 décembre 2014 des Nations Unies, a convenu que l’Assemblée générale « Invite les Etats Membres à fournir au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme des informations sur les initiatives prises pour promouvoir et protéger les droits de l’homme des personnes atteintes d’albinisme, notamment les activités visant à mieux faire connaître la situation de celles-ci et à mieux faire comprendre l’albinisme ».

En effet, de nombreux cas de discriminations et de violences ont été relevés dans le monde entier, et plus particulièrement en Afrique. Je vais tenter de vous en exposer les principaux facteurs.

Les croyances assimilées aux albinos – Amérique du Sud

Il serait faux d’avancer que les exactions commises à l’égard des albinos se perpétuaient (et se perpétuent) uniquement sur le continent Africain. Déjà dans l’ancien Mexique, les albinos étaient assimilés à différentes croyances et pouvoirs

Le peuple des Aztèques (XIème – milieu du XVIème siècle) avait pour coutume de sacrifier des albinos en cas d’éclipse de soleil.

Chez les Tlaxcaltèques, habitants de Tlaxcala, Etat enclavé dans l’empire Aztèque, ils sacrifiaient également des albinos dans le cas d’éclipse de lune.

Ces sacrifices se déroulaient dans l’espoir de faire revenir le temps à son état normal, sans qu’aucune éclipse (qui était signe de mauvaise augure) n’apparaisse.

Les croyances assimilées aux albinos – Afrique

Tanzanie

De nos jours il est encore très fréquent que certaines cultures du globe assimilent les albinos à des êtres dotés de pouvoirs surnaturels.

C’est ainsi qu’en Tanzanie, pays situé en Afrique de l’Est, de véritables chasseurs d’albinos sont engagés ou agissent de leur libre arbitre afin d’assassiner des albinos (humains). Les raisons pour lesquelles ils agissent de la sorte sont relativement simples : une fois l’individu mis à mort, certains chasseurs le démembre ou le mutile pour conserver une partie de son corps (souvent un organe) dans le but d’en faire un talisman. Dans la croyance de cette sorcellerie, ce talisman servirait à provoquer la chance et ainsi permettre par exemple de remporter des élections politiques. Selon le journal Le Parisien, « un corps d’albinos peut se vendre jusqu’à 75.000 dollars » ! Ce trafic est un commerce très lucratif pour ces bourreaux, dans les pays où le salaire mensuel moyen avoisinerait avec peine quelques centaines de dollars.

Au-delà de cette persécution, les albinos sont véritablement mis au banc de la société. Entre crainte et admiration à leur égard, il leur est difficile voire impossible de pouvoir travailler et se marier.

Malawi

Au Malawi, un pays d’Afrique du sud-ouest, de nombreux cas d’enlèvements d’albinos et de trafics d’os humain ont été recensés par la police. Ces enlèvements ont tellement été fréquents que le pouvoir local « ouvrirait le feu sur toute personne tentant d’enlever un albinos ». De plus, pour palier à ces exactions, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a décidé d’y faire intervenir la nigérienne Ikponwosa Ero. Cette juriste, experte indépendante albinos, consacre son travail à la défense du droit de cette minorité.

« Salif Keïta Global Foundation », un modèle d’organisation en soutient aux albinos

Salif Keïta est un célèbre musicien et chanteur africain albinos, descendant du fondateur de l’Empire du Mali, Soundjata Keïta. Surnommé « La voix d’or de l’Afrique », ses chansons transportent le corps et l’esprit dans un univers musical poétique.

albinos 3
Salif Keïta, « la voix d’or de l’Afrique »

Pour Salif, l’albinisme est évidemment une cause importante à défendre puisqu’il a été lui-même exclu de sa propre communauté à cause de sa « différence ». En raison de sa couleur de peau inhabituelle, il a dû s’exiler en Côte d’Ivoire avant d’atterrir, par la suite, à New York.

En 2005, il décide de créer la Salif Keïta Global Foundation dans le but de venir en aide aux albinos victimisés, principalement en Afrique. Cette fondation comporte différentes missions dans différents domaines avec divers plans d’action : éducatif (assurer les connaissances nécessaires afin de faire comprendre comment deux parents noirs peuvent mettre au monde un bébé Blanc), social (arrêter la stigmatisation faite à l’égard des personnes souffrant d’albinisme), médiatique (améliorer la prise de conscience du monde entier concernant les conditions de vies parfois déplorables que connaissent les albinos), médical (prendre en charge les soins souvent onéreux contre le cancer de la peau) … Une partie des bénéfices récoltés par l’artiste lors de ses concerts et ses ventes de CD est directement reversée pour son association.

Afin de les aider à notre échelle individuelle, nous pouvons d’ores et déjà parler de l’albinisme autour de nous pour faire connaître cette maladie ou encore organiser des collectes de dons de crèmes solaires, lunettes de soleil, vêtements protecteurs contre les UV du soleil.

Pour plus d’informations, la fondation a créé un site internet disponible à l’adresse suivante :

www.salifkeita.us.

« L’important n’est pas la couleur de peau, la langue parlée, la religion pratiquée ; l’important est de se respecter mutuellement et de se considérer comme des êtres humains »

-Malala Yousafzai

Beckrich Yaëlle