Le mouvement des stylos rouges : dans la lignée des gilets jaunes ?

 Colère, réseaux sociaux et mécontentement, la prononciation de ces termes semble évoquer la récente crise sociale et politique des gilets jaunes. Toutefois, ils révèlent également un sentiment de mal-être d’un grand nombre d’enseignants qui, à leur tour, souhaitent placer leurs revendications à l’agenda politique. L’AFP en dénombre environ 50 000. Entre similitudes et nuances, le mouvement des stylos rouges s’inscrit-il dans la continuité des gilets jaunes ?

Pourquoi des stylos rouges ?

De manière conventionnelle, le stylo rouge est utilisé par les professeurs pour mettre en exergue les erreurs de l’élève et les rectifier.  Ici, le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer est évalué. A la manière d’un élève, les enseignants lui signifient les dysfonctionnements du système éducatif et lui font part des points à améliorer ou à prendre en compte.


Quelles sont les attentes des « stylos rouges » ?

Les thématiques relatives au pouvoir d’achat occupent une place prépondérante dans le discours des stylos rouges. Le gel du point d’indice constitue un des facteurs de la perte du pouvoir d’achat. Certains professeurs déclarent même dépenser une grande partie de leurs revenus afin de combler le manque de moyens dans les établissements et ainsi bénéficier d’un meilleur matériel pédagogique.

Le gouvernement a tout de même annoncé une prime de 3000 euros annuels pour les enseignants exerçant en REP + (réseaux d’éducation prioritaires) ou des aides pour compenser les coupures de postes dans le secondaire. Cependant, cela ne semble pas lisser les insatisfactions des enseignants.

La surpopulation des classes est aussi une entrave à un suivi adapté, notamment pour les élèves en difficulté. (Une des mesures phares d’Emmanuel Macron était de dédoubler les classes de CP en zone REP, Quid des autres classes ?)

Autre point cristallisant les déceptions : le lancement en demi-teinte de la plate-forme Parcoursup depuis février dernier. Les stylos rouges pointent du doigt des critères flous et un système inégalitaire.

Enfin, c’est surtout l’image de l’enseignement dans l’opinion qui a fomenté ce mouvement. Fainéants, toujours en congés, les qualificatifs revenant fréquemment ne manquent pas pour fustiger les enseignants. De plus, bon nombre d’entre eux ont eu le sentiment d’être délaissés à l’occasion des vœux du président pour la nouvelle année. « Il a remercié les forces de l’ordre, les bénévoles, le personnel hospitalier, les militaires mais a oublié les enseignants » constate un stylo rouge.


Un problème de structuration du mouvement à l’instar des gilets jaunes ?

Si le mouvement des gilets jaunes a connu ses premières limites dues à l’absence de porte-parole officiel ou de syndicats, les stylos rouges peuvent-ils rencontrer le même obstacle ?

Si les Gilets jaunes ont mobilisé un plus grand échantillon de la population et de professions, les stylos rouges exercent presque le même métier (il s’agit de distinguer les professeurs des écoles et les enseignants du secondaire) et sont moins nombreux. Impossible de savoir dans l’immédiat si cela permettra de pérenniser le mouvement ou non.


Quel est le rapport avec les syndicats ?

Là aussi, les avis divergent. Si certains prônent des actions 100% autonomes, d’autres sont tout de même favorables à une aide syndicale.

Dans un premier temps, l’analogie spontanée de ce mouvement avec celui des gilets jaunes paraît tout à fait naturelle. Toutefois il serait erroné de penser que la contestation des stylos rouges est un copié-collé des gilets jaunes, même si l’actualité sociale récente a certainement permis son développement.


Sources :

https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/apres-les-gilets-jaunes-les-stylos-rouges-on-vous-presente-ce-mouvement-qui-rassemble-des-profs-en-colere_

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/07/01016-20190107ARTFIG00186-jean-michel-blanquer-comprehensif-face-a-la-grogne-des-stylos-rouges.php

https://www.lejdd.fr/Societe/apres-les-gilets-jaunes-les-stylos-rouges-les-profs-sont-les-grands-oublies-3833438

Milan Busignies