Le monstre de Victor Frankenstein : miroir d’une société où l’Homme cherche à dépasser Dieu

«IL EST VIVANT ! IL EST VIVANT !», s’époumona le docteur Victor Frankenstein lorsque celui-ci vit son monstre de chair et d’os prendre vie et le regarder droit dans les yeux. Iconique, cette célèbre réplique marquera à jamais l’histoire du cinéma en 1932, dans le film Frankenstein, réalisé par James Whale avec Boris Karloff. Depuis sa création, le prométhée moderne alimente le cinéma de l’horreur avec fougue et suscite l’effroi du grand public, au même titre que son camarade des Carpates : Dracula. Colosse cousu, décousu et trituré dans tous les sens depuis près d’un siècle à travers la culture populaire, le monstre Frankenstein s’approprie le statut de légende et n’a cessé, depuis sa création de fasciner le monde sur les transgressions scientifiques et morales de notre société. Néanmoins, la création de ce monstre serait-il le témoignage d’une civilisation progressiste et pleine d’espoir dans une époque de médecine moderne et de révolution industrielle, ou tout simplement la volonté de l’homme d’être mis au même pied d’égalité que son créateur ?

Jessy Deshais
Mary Shelley, auteure de « Frankenstein ou le Prométhée moderne » Jessy Deshais.

Aujourd’hui, Frankenstein fête ses 200 ans. Cet anniversaire questionne un bon nombre de chercheurs sur ce brillant travail de science-fiction, ancré sur le podium de la littérature gothique. Si l’on en croit les derniers témoignages de l’écrivaine, l’histoire de ce savant fou créateur d’un monstre fait de morceaux de cadavres, lui serait apparu en cauchemar au cours de l’année 1818. Autant dire que cette inspiration surnaturelle née dans le sommeil de Mary n’était pas seulement le fruit d’une rêverie d’adolescente ayant pour simple objectif d’écrire une histoire de fantôme. C’était bel et bien la retranscription d’une société en proie à la folie de l’esprit. Une histoire pétrifiante avec une genèse qui mettra en lumière les préoccupations scientifiques de son époque, comme la légitimité de la recherche, qui allait à l’encontre de la morale traditionnelle, et la capacité de l’être humain à créer la vie ou à la détruire.


Quand la fiction rejoint la réalité.

“Je pensais que si je pouvais animer la matière inerte, je pourrais également par la suite prolonger la vie quand la mort semblait avoir destinée le corps à l’anéantissement.”

SHELLEY Mary, Frankenstein, Gallimard Collection 1000 Soleil OR, p.70

Enfant, Mary côtoie dès son plus jeune âge les esprits éclairés du XIXème siècle. Ses parents Mary Wollstonecraft, pionnière du féminisme et William Godwin théoricien politique et philosophe, reçoivent régulièrement à leur domicile les savants et scientifiques de l’époque.

2019-03-24
Valentine Greene (graveur) d’après une peinture de Joseph Wright « A philosopher shewing an experiment on the air pump, 1769

Comme l’écrit Monette Vacquin dans son livre Frankenstein aujourd’hui : Egarements de la science moderne : “Le siècle des Lumières avait eu la passion de la connaissance. Le XIXème siècle résolument se tourna vers la pratique. La logique cartésienne avait soumis l’expérience à l’idée, le rationalisme du XIX siècle se fonda radicalement sur l’expérience. [Leur] reproductivité […], leur vérification, leur mesurabilité, le caractère d’irréfutabilité – souvent trompeur – de ce dont l’œil peut s’assurer, tout ceci prit le pouvoir dans les esprits. Fascinés, […] les scientifiques du XIXe siècle devinrent rapidement des idolâtres du fait [et] partout, ce fut un formidable jaillissement de découvertes. » Un siècle où les croyances célestes ne suffisent plus à répondre aux mystères de l’humanité et la question de la mort est alors au centre de toutes les discussions. “Et si l’électricité avait le pouvoir de ranimer de la matière inerte ?” ; ces mots furent volés à Victor Frankenstein bien avant que celui-ci n’y songe, et le premier qui les prononça n’était autre qu’Erasmus Darwin, grand-père du célèbre évolutionniste, Charles Darwin. Cependant, les premiers à véritablement entreprendre des travaux pratiques afin de tenter de répondre à cette question furent le physicien Luigi Galvini et son neveu, Giovanni Aldini.


Galvini et Aldini, l’oncle eugéniste, le neveu assassin

«D’où vient le principe de la vie ? Une question hardie qui de tout temps avait constitué un mystère.» Mary Shelley, Frankenstein

ALDINI GALVANISME

Un jour de 1786, un orage électrique éclate dans le ciel de Bologne. Dans son laboratoire, penché sur des cuisses de grenouilles, le physicien Luigi Galvini approche ses ciseaux des muscles du petit amphibien. Au contact de la lame froide, la cuisse tremble, le muscle est alors stimulé par le courant électrique. Galvini fait le lien entre électricité et le phénomène de réanimation. En l’espace de quelques secondes, cette action du courant continu sur les organes vivants prendra très rapidement le nom de galvinisme. Ce terme sera d’ailleurs cité par Mary Shelley dans la préface d’une édition de Frankenstein parue en 1831. Pour l’époque, cette découverte éclairera d’un coup d’éclair Luigi Galvini, qui sera décrit comme “le premier à tenter de s’arroger le pouvoir divin en redonnant vie à un corps animal avec de l’électricité”.

Giovanni est, certes, le premier à faire réagir un corps animal mais pas le premier à faire revivre un homme ! C’est son neveu, Giovanni Aldini ( cf : image ci-dessus) qui pourrait être nommé comme le premier Frankenstein. Il est le premier à tenter de ranimer des mammifères, parmi lesquels l’Homme.

Son expérience la plus célèbre est réalisée à Londres, durant l’enfance de Shelley. Le cobaye s’appelle George Forster. Il est pendu le 18 janvier 1803 pour avoir noyé sa femme et son enfant dans le canal de Paddington. Branché à une batterie volta, son corps commence rapidement à convulser. Une revue criminelle de l’époque rapporte même que : « la mâchoire du criminel s’est mise à trembler et un œil s’est ouvert. » ; comme les yeux jaunes de la bête de Victor Frankenstein. Quelques heures après l’expérience, l’huissier de la compagnie de chirurgiens serait même littéralement “mort de peur en rentrant chez lui”. Une histoire qui glace le sang. Autant dire que le visage du savant fou de Mary Shelley aurait trouvé ses traits dans celui du Docteur Aldini.

Et le fameux rêve de Mary Shelley ? Serait-il devenu un rêve prémonitoire pour le futur de la science ?


Les héritiers de Victor Frankenstein dans le monde du XXIème siècle

« Le docteur Victor Frankenstein avait le même esprit que le mien, il voulait apporter la vie. Jouons-nous à Dieu ? Oui. »

Phrase de Sergio Canavero dans le documentaire :  Doctor Frankenstein Neurosurgeon plans world’s first head transplant,  Sunday Night

l-e-chirurgien-sergio-canavero-affirme-avoir-reussi-la-premiere-greffe-de-tete-humaine-sur-un-cadavre_f7b503c769e7331ef36cabce2ce9087

Depuis Giovanni Aldini, de nombreux Victor Frankenstein ont vu le jour au cours des siècles derniers et ont eux aussi souhaiter faire évoluer la science, de toutes les façons possible, quitte à transgresser la bioéthique.

Entre les expériences extrêmes de Vladimir Demikhov, le pionnier de la transplantation d’organe qui a créé un chien à deux têtes dans les années 50 ou avec le neurochirurgien américain, Robert J. White connu pour ses transplantations de tête de singes, la science fait peur mais certains travaux ont fait avancer la médecine.

Aujourd’hui, l’idée de transplantation de tête ressurgit mais cette fois-ci avec une tête humaine ! Le neurochirurgien italien Sergio Canavero (cf : image ci- contre) prétend, pour la première fois de l’histoire, avoir la capacité de greffer une tête humaine sur un autre corps humain. Une annonce rapidement critiquée et reçue avec scepticisme par le monde médical. La procédure devait alors s’effectuer en décembre 2018, mais tomba à l’eau lorsque le volontaire déclina à la dernière minute sa participation au projet.

Et l’avenir dans tout ça ?

249694f30c7cf1ceb801129d2ed49dee
METROPOLIS, Fritz Lang, 1927


Bombe nucléaire, greffes d’organes, fécondation in vitro, naissance de la robotique, le savant fou et la créature de Mary Shelley incarnent aujourd’hui encore « l’anxiété générée par le progrès », l’ère de l’homme augmenté et de l’intelligence artificielle.

Le cinéma évoque d’ailleurs ce constat, un fait que les spectateurs peuvent voir à travers l’inventeur Rotwang dans le film Metropolis de Fritz Lang, ce scientifique, qui, à partir de la mort, crée la vie grâce à la robotique.

Aujourd’hui, le monde évolue vers une capacité de contrôle et d’action de certains outils technologiques qui rendent, de fait, plus que jamais nécessaire la réflexion éthique. Le monde aime le progrès, mais avant tout, le monde a peur. Peur de quoi ? Peur que certaines expériences dégénèrent en tombant entre de mauvaises mains. En d’autres termes, que le contrôle nous échappe.

Comme dans le roman de Mary Shelley, lorsque la bête Frankenstein est abandonné de son créateur, le monde ne connaît que drame et chaos. Mary Shelley aurait-elle été la prophétesse d’une époque future qui a mis en lumière les dangers du changement ?

Bien que le progrès fasse parti de notre évolution, qu’adviendrait-il du futur si les travaux scientifiques échappaient à l’homme ? Devons-nous avoir confiance en l’évolution ? Et si tel est le cas, avons-nous fini d’avoir peur ?

Megan Boutboul

_____________________________________________________________________

BIBLIOGRAPHIE.

* Dictionnaire Frankenstein, Claude Aziza.

* Frankenstein, Mary Shelley, Gallimard, Collection 1000 Soleils OR.

* Frankenstein aujourd’hui, Monette Vacquin.

* Essai théorique et expérimental sur le Galvanisme, Jean Aldini.

SITOGRAPHIE.

https://www.franceculture.fr/litterature/1816-comment-mary-shelley-invente-le-mythe-des-mythes-dr-frankenstein

https://www.nationalgeographic.fr/histoire/frankenstein-la-naissance-dun-mythe

https://www.universalis.fr/encyclopedie/luigi-galvani/

Meet Dr. Giovanni Aldini — The Man Whose Experiments Inspired ‘Frankenstein’

https://www.franceculture.fr/emissions/concordance-des-temps/frankenstein-et-le-monstre-infini

https://www.courrierinternational.com/article/le-mythe-frankenstein-quand-la-science-peur-du-monstre

https://www.theguardian.com/science/blog/2018/feb/22/how-to-make-a-monster-whats-the-science-behind-shelleys-frankenstein

Frankenstein et le transhumanisme

https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/intelligence-artificielle-intelligence-artificielle-shelley-ia-donne-chair-poule-69077/

https://usbeketrica.com/article/inquiets-des-chercheurs-bloquent-la-sortie-de-leur-ia

https://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/le-funeste-destin-du-docteur-frankenstein,141475545.php