Cinéma Culture

Mention particulière pour une actrice qui passe le bac.

Une lycéenne qui passe son temps entre cours et plateaux de cinéma, c’est assez surprenant. Portrait d’une étudiante au parcours atypique.

Voir une jeune femme de 17 ans dans un téléfilm réunissant 5 millions de téléspectateurs, cela peut paraître déroutant. Ça l’est d’autant plus lorsqu’elle répond à une demande d’interview en disant « je travaille pour un tournage demain, je te dis si je suis prête à 18h ».

Une voix toujours enjouée, un sourire permanent… Elle cherche ses mots mais réussit toujours à trouver des explications justes. Telle est Maira Schmitt quand on lui pose des questions sur sa toute nouvelle carrière d’actrice.

Une lycéenne comme les autres à un détail près. Lequel me diriez-vous ? Evidemment, en terminale, tout étudiant se prépare à passer le bac. C’est bien le cas de Maira. Mais en ce moment, elle a davantage la tête à apprendre des scénarios de films plutôt qu’à réviser des fiches d’économie.  Cette situation inquièterait plus d’un parent, et ce fut d’ailleurs le cas des siens pendant longtemps.  Son père travaille dans le cinéma et l’a mise en garde face à la féroce concurrence bien connue de ce milieu. Mais pour une personne pugnace et un brin0455001.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx têtue, ce n’était pas cela qui allait l’arrêter.

C’est au 7ème art, qu’elle consacre le plus de temps.

Parisienne d’origine, c’est dans la capitale qu’elle a commencé le théâtre. Des cours, puis un stage au prestigieux Cours Florent. Cette passion pour les planches la suivra jusqu’à Montpellier, où elle vit actuellement. Lorsqu’on lui demande ce qu’elle préfère dans ses cours de théâtre, Maira répond avec dérision que ce sont les exercices techniques alors qu’« en vérité ce sont les exercices chiants ». Mais aujourd’hui c’est au 7ème art, qu’elle consacre le plus de temps.

Des premières vidéos filmées par son père dans le jardin familial à un rôle dans un téléfilm pour Tf1, il y a eu du chemin parcouru. Pourtant, tout semble aller très vite. Quelques castings, une inscription dans une agence de comédiens et c’est parti ! L’heureuse élue parmi une trentaine de candidates. Un premier grand rôle dans « Mention particulière », qu’elle semble éminemment fière d’avoir porté aux côtés d’acteurs renommés comme Bruno Salomone. Un premier jour de tournage un peu compliqué mais la bienveillance de l’équipe l’a emporté sur le stress.

« c’est l’accomplissement d’un rêve et d’un projet de longue date, mais ce n’est que le début »

Ce premier rôle c’est surtout une rencontre qui l’a particulièrement touché. Cette rencontre c’est Marie, une actrice atteinte de trisomie 21 qui tient le rôle principal et dont elle joue la sœur dans le film.

Une expérience de tournage qui l’amènera au festival du téléfilm de la Rochelle. Les premières interviews, un premier contact avec le public… une reconnaissance qui semble un peu la surprendre.

Un « changement incroyable » qui a bouleversé son quotidien

Choisir entre le théâtre et le cinéma ? « les deux sont complémentaires, dans le théâtre il y a une relation avec le public qui est unique, au cinéma je peux davantage juger ma prestation »

Malgré « ce changement incroyable » qui a bouleversé son quotidien de lycéenne, elle admet ressentir une certaine fatigue. Ces expériences confirment le rêve qu’elle a en tête depuis maintenant plusieurs années.

Son inspiration, elle la puise dans les films mais aussi dans la société : « l ‘autre jour j’étais dans le train et en face de moi il y avait une fille. Je me suis dit que c’était exactement comme cela que je devais jouer mon personnage ». Ce personnage, c’est celui d’un film autre actuellement en tournage.

 Et comme si elle n’avait pas un programme assez chargé, Maira a également d’autres passions : le cheval mais aussi la danse. Mais loin d’être dupe, Maira pense commencer des études de psychologies l’année prochaine, « afin d’avoir une base à côté du cinéma ».

Sa famille l’encourage dans sa progression et espère le meilleur pour elle. C’est évidemment ce que nous lui souhaitons en suivant les pas des grandes actrices qu’elle admire comme Adèle Exarchopoulos ou Léa Seydoux.

Vulliet Margaux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s