Interview Politique

Ap.D Connaissances avec Benoît Hamon.

À la suite de sa venue à Lille le 21 novembre 2017, AP.D Connaissance a assisté à la conférence de presse avec une rédactrice et un photographe de l’équipe, suivie de la conférence au sein de l’université de droit qui avait pour thème « être jeune en 2017 ».

Nous le connaissons tous comme ayant été le candidat à la présidentielle de 2017 du Parti Socialiste. Il est cependant de retour avec son propre mouvement, le mouvement du 1er Juillet, qui sera rebaptisé le 2 décembre 2017.

Pour rappel, Benoît Hamon a remporté la primaire citoyenne de 2017 devant Manuel Valls, pour ensuite se présenter à l’élection présidentielle avec le soutien du PS. Il termine en cinquième position avec 6,36% des voix. Le 1er juillet 2017, il quitte le PS pour lancer le mouvement du 1er Juillet. Lors d’un déplacement à Grenoble le jeudi 19 octobre, il a revendiqué près de 30 000 adhérents en ligne. Il compte bien renouveler l’offre politique à gauche et trouver sa place dans la large palette politique qui s’offre à nous. Néanmoins, le M1717 doit encore décider de son organisation interne et de ses projets.

La première étape fut un séminaire de la direction (provisoire) les 9 et 10 septembre, afin de discuter de la construction du mouvement avant un « événement national » annoncé pour le 2 décembre 2017 à Mans. Les « sujets phares » sont déjà annoncés sur le site du M1717. Ils balayent cinq thématiques principales : La démocratie, l’écologie, le travail, l’économie et l’Union européenne.

PLACE À L’INTERVIEW

hamon 2

  • Comment comptez-vous vous démarquer des autres ?

« Mon objectif n’est pas de me démarquer des autres, nous on avance et après si les autres avancent c’est très bien, s’ils n’avancent pas c’est leur problème. Nous ce qu’on pense, c’est que les métamorphoses ou les transformations qu’on souhaite dans la société française, c’est d’avoir un modèle de développement qui ne soit pas obsédé par la croissance du PIB, de se préoccuper de l’impact de l’activité économique sur l’environnement, sur le bien être social, sur la santé, de repenser le rapport au travail pour y être plus heureux , d’en être plus libéré pour pouvoir se réaliser et s’épanouir différemment, la question démocratique qu’on envisage à la fois à travers la 6ème République, et réfléchir sur la question de l’écologie, donner une importance à la dette écologique »

  • Les jeunes ont-ils une place importante dans votre mouvement ? 

«  Oui, énormément, il y a des comités partout en France, notamment ici à Dunkerque, à Lille, et nous allons le voir le 2 décembre, dans les responsabilités, on ne va pas faire un secteur jeune, où les jeunes sont responsables entre eux. Ce qu’on veut, c’est que les nouvelles générations soient directement mises en responsabilité, c’est-à-dire qu’il n’y ait pas un mouvement jeune dirigé par des vieux, donc dans la direction provisoire qu’on va mettre en place, et qui va nous emmener jusqu’à juin prochain, on aura une part importante de jeunes »

  • Comment expliquez-vous cette implication des jeunes ?

« Je pense qu’ils font beaucoup plus de politique, sans pour autant passer par des mouvements politiques, il y a différentes formes de participation, tout ne se résume pas au vote. Aujourd’hui tout cet appétit d’engagement qu’on constate sur l’accueil des migrants, les solidarités du quotidien, l’économie circulaire, le recyclage, le soutien scolaire dans lequel s’implique des jeunes montrent que les jeunes sont impliqués »

ET LA CONFÉRENCE ALORS ?

HAMON 3

Lors de sa conférence, il a également rappelé qu’il y a d’ores et déjà un nouveau rapport au travail très différent des parents chez les jeunes, qu’il y a un rapport à la consommation qui est différent. Par exemple, la génération actuelle privilégie l’usage à la propriété, elle accepte de partager. Le rapport à l’environnement est aussi beaucoup plus respectueux du cadre de vie, et cela en fait à ses yeux une génération sur laquelle il faut s’appuyer.

Il a ensuite évoqué le système éducatif actuel et lors de sa journée à Lille, il s’est rendu dans deux centres sociaux à Lille Sud et à Bois blanc, où il a rencontré des jeunes en échec scolaire. Ce qui lui semble problématique c’est qu’aucune question n’est posée aux décrocheurs, usagés du système éducatif, des raisons de leurs difficultés mais il est demandé aux professeurs, directeurs et autres comment améliorer le système éducatif. Le point de vue de l’usager n’est donc pas pris en compte.

« Ce qui les obsède, c’est la dette financière »

Il a ainsi rappelé l’importance de la dette écologique qui semble avoir été mise au second plan.

« À qui allez-vous faire payer la dette écologique ? »

La conférence a eu un véritable succès auprès des étudiant.e.s , en moins de 5 heures, toutes les places de l’amphithéâtre étaient réservées.

ET SI ON EST MOTIVÉ.E.S À REJOINDRE LE MOUVEMENT ?

M1717 Etudiant.e.s de Lille
Sur Facebook : https://www.facebook.com/m1717etudiantslille
Sur Twitter : @M1717EtuLille

M1717 Lille :
Sur Facebook : https://www.facebook.com/M1717Lille
Sur Twitter : @m1717lille

Ozdemir Biken

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s