Focus sur La Poudre, podcast féministe.

Un podcast engagé, gratuit et accessible, où des invitées inspirantes se livrent sans tabou. C’est le défi réussi de Lauren Bastide, journaliste féministe qui semble révolutionner les médias féminins.

UNE PAROLE LIBÉRÉE

Lauren Bastide, anciennement rédactrice en chef du magazine féminin ELLE, reçoit dans une chambre d’hôtel des femmes inspirantes, activistes, artistes, politiques, pour une conversation intime et profonde.

Tous les quinze jours, Lauren donne la parole aux femmes qu’elle admire, pour évoquer leurs parcours et leur engagement.

La meneuse de jeu pose et impose son ton : doux, sage, respectueux, amical, presque fraternel.

Pourquoi une interview dans un hôtel ? Sans doute car il s’agit d’un lieu qui permet de libérer la parole, et qui laisse s’énoncer des paroles intimes, jamais impersonnelles.

Les invitées de Lauren Bastide sont des femmes, que l’on n’a pas pour habitude d’entendre dans les médias : féministes musulmanes, politiques, écrivaines, auteures, musiciennes, scénaristes, blogueuses, journalistes. Toutes exposent leurs expériences, témoignent et revendiquent. Ces invitées parlent de leur enfance, de leur parcours professionnel, de leur création, de féminisme.

On rit et on réfléchit. Et ce concept fait tant de bien.

« Comment vous parlait-on quand vous étiez enfant ?», « Êtes-vous née femme ou êtes-vous devenue femme ?», « Vous vous entendez comment avec votre utérus ? ».  Les questions de la journaliste ne cherchent ni le mielleux ni le rire, mais le vrai.

La parole, timide, s’affirme au cours de l’émission et se dénoue, dans un environnement où l’écoute mutuelle et le respect règnent, où l’empathie et les convictions féministes sont partagées.

Durant une heure, Lauren Bastide laisse le micro à des voix qui méritent d’être entendues, qui le sont trop peu d’ordinaire.

UNE  PETITE  RÉVOLUTION  MÉDIATIQUE

Pourquoi « la poudre » ? On pourrait voir en cette couleur presque fade, une connotation aux cosmétiques, au rose, à la légèreté.

Pour Lauren Bastide, le titre de l’émission évoque la poudre à canon, celle de la Révolution. Le podcast La Poudre, le son de la Révolution féminine ? En tout cas, un rose moins sage qu’il en a l’air.

À la fin de l’émission, la journaliste pose toujours la même question à ses invitées : « Qu’évoque pour vous « la poudre » ? »

Les réponses ne sont jamais les mêmes. La chanteuse Hollysiz parlera de sa grand-mère, de l’odeur de sa peau, et de la poudre de riz. Karima Delli, membre d’Europe Écologie les Verts évoquera « la poudre aux yeux » que les politiques nous lancent, le « blabla » qu’ils remuent.

Dans l’imaginaire de Rebecca Zlotowski, scénariste et réalisatrice, La Poudre représente les drogues, sa peur de perdre le contrôle face à l’usage de celles-ci.

Mais La Poudre, c’est surtout un espace médiatique exclusivement féminin.

Réduites à des stéréotypes peu reluisants, Pressed révèle que seulement 16,9% des personnalités sur les 1000 dont on a le plus parlé en 2017 sont des femmes.

Dans le podcast de Lauren Bastide, nous n’entendons que des femmes. ELLES parlent, et personne ne le fait à leur place.

la poudre 2

Avec cette émission, la journaliste a l’impression de réparer une part de l’injustice. Celle que subissent les femmes dans les médias. Lauren est sans doute très bien placée pour en parler. Elle est même membre du collectif Prenons la Une, qui lutte contre la sous-représentation des femmes dans les médias.

Cette indignation s’intensifiera lorsqu’elle fera son apparition dans l’émission tv Le Grand Journal de Canal +. Après avoir passé du temps dans une télé où l’image est omniprésente, où l’on n’a de temps pour rien, elle se plonge dans la radio, où l’on mêle les voix et les silences seulement, sans être interrompue, loin des clichés diffusés par les « grands » médias.

Grâce au format du podcast, une profondeur rare et authentique s’installe dans les interviews, avec bienveillance et une certaine fraternité féminine.

Et si le féminisme c’était ça : prendre le micro, le tenir à bout de bras, tendu vers le ciel. Parler. Etre écoutée.

Toutes ces femmes font parler La poudre, et mènent une petite révolution, qui prend de l’ampleur, puisque l’émission est un succès.

LA  POUDRE  MAIS PAS QUE…

 En 2016, Lauren Bastide fonde avec le journaliste Julien Neuville, Nouvelles écoutes, un studio de production dédié à la création sonore. Deux podcasts sont mis en ligne le 1er décembre, avec comme première invitée la réalisatrice et scénariste française Rebecca Zlotowski.

la poudre 3

La journaliste engagée, et diplômée en 2017 d’un master en étude du genre, signe le documentaire sonore La Marche, réalisé le 21 janvier 2017, au lendemain de l’intronisation du 45e président des États-Unis Donald Trump, jour de la Women’s March ayant mobilisé près d’un demi-million de personnes dans les rues de Washington.

Depuis le 1er juillet 2017, Lauren Bastide anime l’émission hebdomadaire Les Savantes sur France Inter, soit une heure consacrée à une femme universitaire et à son domaine de prédilection.

Militante à l’encontre des inégalités de genre, la majeure partie de ses travaux s’ancrent dans la lutte contre les stéréotypes, l’étude du féminisme et la place des femmes dans l’Histoire.

la poudre 4

La Poudre : podcast du futur ?

Ou simplement des femmes, de toutes générations, de toutes opinions, qui se livrent sur la manière dont elles sont devenues femmes, comment elles habitent leur corps de femme, ce qu’elles pensent, ce qu’elles écrivent, ce qu’elles crient, ce dont elles rêvent.

La Poudre, c’est des discussions de femmes, sur le fait d’être femme.

            Bref, un féminisme 3.0 qui a de la voix.

À écouter sur : http://www.nouvellesecoutes.fr, Deezer, spotify, soundcloud…

Collet Mathilde