Avant-première du film Dragon Ball Super : Broly

« En arrivant dans la salle, je la vois pleine, pleine à craquer. C’était beau, des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes ; une ambiance inter-générationnelle ne peut faire que du bien dans notre société proie à beaucoup de clivages et de débats.

Du brouhaha au début du film, nous attendons, nous étions pressés, nous avions hâte de voir comment ce film allait se dérouler. Au début, je me souviens, j’y suis allé tel un fanboy, je n’attendais rien du film car j’étais très déçu de Dragon Ball Super… Malheureusement ou encore heureusement, c’était merveilleux. Le début était très long avec les pubs, la musique etc. Dès le début, tout le monde a applaudi, a crié. Tout au long du film, les gens étaient heureux, joyeux, c’était merveilleux, je ne sais plus si j’étais dans un cinéma ou dans un concert. Ça peut être déroutant en se disant « cool je vais au ciné pour être tranquille » mais là, c’était une ambiance comme jamais connue et non-chiante car tout le monde était « hyppé-e » par ce film, ses effets, ses personnages. »

Déjà plus de 40 ans que Dragon Ball nous fait frissonner. Alors que l’animé diffusait son dernier épisode en 1996, le manga ainsi que la version animée ont fait leur grand retour en 2015 avec un objectif clair et jamais caché : conquérir un nouveau public, plus jeune !

(on ne compte pas Dragon Ball GT qui ne fait pas parti du canon de l’œuvre de Toriyama)

L’animé a su faire éveiller quelques pépites avec notamment le SSJ Blue qui s’est imposé comme la transformation de référence ou encore avec Goku Black qui est sans contestation l’un des antagonistes les plus intéressants de toute l’œuvre Dragon Ball ! Cependant, elle reste très grandement critiquable du fait d’une animation très inégale et d’un scénario « qui ne raconte rien » (cf Chef Otaku).

Une véritable renaissance

Puis, le 13 avril, la Toei nous annonce qu’un nouveau film est en préparation et dévoile un tout nouveau chara-design. Exit les personnages aux allures de figurines en pâte à modeler de Tadayoshi Yamamuro (mon avis et celui de beaucoup d’autres), le film Dragon Ball Super Broly se fera sous la patte de Shintani !

Qu’est-ce que ça change et pourquoi c’est important ? Tadayoshi Yamamuro, le chara designer de la série Dragon Ball Super (2015-2018), la légende de l’animation n’est plus à son meilleur niveau. L’homme qui nous a donné le magnifique combat Majin Vegeta vs Goku SSJ2 (voir photos) s’est laissé prendre avec le temps à un design moins précis et plus angulaire. Le style de Toriyama lui-même a changé. En soit, il n’est pas si grave que le style d’un dessinateur évolue mais… Yamamuro a passé un trop gros tournant. Des visages et des corps sans détail, des lumières ABSOLUMENT PARTOUT, tout cela associé à une animation très limite… le coup est fatal…

Avec Dragon Ball Super et le passage aux nouvelles techniques d’animation, le pari était donc raté et les fans de la première ne sont pas dupes.


Puis vint Shintani… choisi pour être le chara-designer dans ce nouveau film Dragon Ball. En prenant du vieux, il donne ainsi un réel coup de jeune à la franchise. Ce coup de jeune dont elle avait tant besoin, celui qui devait conquérir un nouveau public tout en plaisant aux fans de la première heure un peu chiants il faut l’admettre. L’homme qui n’avait jamais travaillé sur Dragon Ball auparavant s’inspire très fortement de ce qu’on avait pu voir sur l’arc Namek en termes de dessin et c’est très réussi.

Dans ce film, qui je peux vous le dire est de qualité, l’animation fait une très grande part du travail. Le design simplifié permet de donner une fluidité impressionnante aux combats qui font la force de Dragon Ball ! Sans trop vous en dire préparer-vous à un grand spectacle, pour ma part je retiens surtout le combat Vegeta vs Broly : on ne peut pas faire plus Dragon Ball.

Dragon Ball Super : Broly(attention quelques spoilers dans la suite, notez la mention « SPOILER » avant chaque révélation)

Ce film introduit dans le canon de l’œuvre, le très célèbre personnage Broly apparu pour la première fois dans l’OAV (= film hors-série) Broly Le Super Guerrier. Mais attention, dans ce nouveau film, Toriyama prend soin de préciser qu’il s’agit d’une réécriture de personnage censé avoir plus de fond et plus de logique avec l’histoire de l’œuvre. Mais rassurez-vous, Broly reste une masse de force effrayante qui hurle à nous en crever les tympans pendant les 3/4 de ses apparitions… pas si différent qu’avant finalement.

On retrouve dans ce film des combats que nos yeux n’avaient pas pu voir depuis longtemps et certainement pas dans DBS mais aussi des combats avec des prises de vues totalement inédites dans Dragon Ball (SPOILER : Broly façon FPS contre Goku Super Saiyan)

On note aussi le mélange intelligent des scènes animées traditionnellement aux scènes en CGI (3D sur ordinateur). Une technique qui semble maîtrisée si ce n’est lors du combat de (SPOILER) Gogeta contre Broly dans cet espace de monde parallèle. Tous ces effets mélangés donnent quelque chose d’assez lourd au mauvais sens du terme.

Enfin, avant de passer au scénario, une dernière remarque artistique sur les musiques : EXCELLENTES et totalement dans l’esprit Dragon Ball ! Sauf pour ces deux catastrophes que je suis obligé de nommer (SPOILER) : les musiques jouées lors du combat entre Broly et Goku et lors du combat de Gogeta… Je ne comprends pas, c’est Dragon Ball pas Tekken 5 ; hurler le nom des personnages avec une voix super grave en guise de musique, excusez-moi mais j’ai trouvé ça complètement ridicule au point de devoir faire 5 lignes dessus.

Une bombe avortée

En ce qui concerne le scénario, nous sommes sur un contenu qui sonne très intéressant et qui l’est à plusieurs moments mais qui finalement ne pousse pas l’histoire de Dragon Ball plus loin que ça…

La première partie du film est un véritable coup de génie ; on nous présente enfin cette histoire des Saiyans, cette histoire que tout le monde connaît, qui a été racontée à plusieurs moments dans le manga par bribe mais qui n’a jamais été proprement scénarisée et mise en scène comme le fait le film Dragon Ball Super : Broly. Pour s’accorder au canon de la version manga, le film utilise le chapitre Bonus « Dragon Ball Minus » qu’Akira Toriyama avait dessiné à la fin du tome de Jaco Le Patrouilleur intergalactique. Le ton global du film est un très bon mixte entre ce qu’on retrouvait dans série animé Dragon Ball et Dragon Ball Z, c’est-à-dire tantôt des scènes très sérieuses tantôt des scènes d’humour très réussies.

Pour la suite, après s’être remis de la claque visuelle et des combats à couper le souffle, on se rend compte que le scénario ne va plus très loin et se contente simplement de « montrer des combats ». On ne réutilise plus du tout ce background historique présenté au début pour développer quelque chose d’intéressant entre les 3 Saiyans Broly, Goku et Végéta et Freezer et c’est bien dommage. Autre déception, l’impression de rush au moment où les scènes doivent être les plus intenses ; on regrette le manque de suspens et de pression notamment lors de (SPOILER) la mort de Paragus ou encore pour l’apparition de Gogeta. Le film aurait clairement dû être plus long et le scénario de base écrit par Toriyama l’était selon le réalisateur du film Tatsuya Nagamine. On se demande alors bien pourquoi le film ne dure qu’1h40 si c’est pour le faire autant rushé sur la fin.

Après une superbe expérience, je vous conseille vraiment ce nouveau film pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’expérience visuelle est magnifique (merci à Shintani de m’avoir fait pleurer), ensuite, l’Histoire n’est pas si mauvaise que ça même si on sent le « fast » ; avec beaucoup de recul, c’est assez dérangeant mais malgré tout, lors de la projection, c’était incroyable. Pour finir, je ne peux que vous prendre par les émotions en vous disant que tout est canon maintenant.

Théo Wyckaert et Ilies Sidlakhdar