Art Culture

Odilon Redon : un être flottant, contemplatif, enveloppé de ses rêves.

Odilon Redon était de ces artistes à la fois pudiques et hantés par la folie et qui, par leurs œuvres, ont marqué tout un courant intellectuel. Il était de ces peintres qui sont également des poètes, une âme amoureuse et passionnée par la beauté qui découle des sensations les plus noires et tristes de l’être humain. Il dessinait ses toiles à coups de maux et mettait de la poésie dans chacun de ses mots. Il était hanté par sa nostalgie, cette sensation étrange, à la fois confortable et gênante, de ne pas être vraiment bien ici, de ne pas être vraiment là. Cette sensation qui vous enveloppe dans un doux drap blanc, chaud et confortable. Mais il était l’un des plus grands artistes de son époque. Pas sûr que vous connaissiez son nom, mais l’une de ses œuvres vous aura sans doute marqué. En tout cas, Odilon Redon m’a marqué profondément et c’est pour cela que je vous emmène à sa rencontre et à la rencontre de son monde.

odilon-redon-reflexions
-Réflexions-

Odilon Redon, le prince des rêves.

« Je me souviens encore de mon étonnement lorsque, pour la première fois, j’ai rencontré l’artiste dont les œuvres m’avaient si tenacement obsédé. Je m’étais figuré un artiste jeune, hirsute et bavard, une espèce de rapin de génie, exubérant, parti en guerre contre les bourgeois et chevauchant effrontément les paradoxes les plus fous. »

Comme beaucoup à l’époque, le critique bruxellois Jules Destrée imaginait en Odilon Redon le poète moderne du satanisme, un fou délirant et inspiré, tel que l’avait rêvé l’écrivain Huysmans. Mais Odilon Redon n’était rien de tout cela. Il était un homme timide, à l’allure de bourgeois simple, loin de l’exubérance qu’on lui avait prêtée. Mais quand Odilon Redon répondait sur l’image que lui donnait les autres, il le faisait avec le plein de poésie et de douleur qui ont fait son art :

« Quel malheur d’être un bourgeois ! Je n’ai d’excuse que dans la douleur que cet état me donne. Il y a longtemps que je suis écartelé entre le faux col et la blouse, sans avoir le courage de rompre avec le premier. »

AVT_Redon-Odilon_8015

Mais qui était-il alors ?

Odilon Redon était en apparence un bourgeois sans histoire. Conformiste dans son allure, époux fidèle d’une discrète Camille, Odilon Redon n’eut jamais d’atelier et ne mena pas une vie de bohème. Mais ses rêves étaient hantés d’une foule de chimères. Précurseur du symbolisme, Redon est né le 20 avril 1840 à Bordeaux, la plus belle et la plus créative des villes de France, et décède à Paris le 6 juillet 1916. Selon la légende, son âme hanterait encore les ruelles étroites et sombres de Paris, ne pouvant trouver le repos par tristesse de ne pas être mort à Bordeaux.
Artiste symboliste, Odilon Redon est d’une sensibilité hors du commun. Son art est très personnel et libre. Il projette son imagination, ses rêves sur le papier et il crée des représentations originales, de nouvelles formes utilisant le dessin (fusain et pastel), la gravure et la peinture. Il a réinterprété le réel et a créé un monde de créatures extraordinaires.

Son œuvre présente deux temps forts :

Figures hybrides
De ces handicaps, ce dépressif chronique va pourtant en faire une force. Peu à l’aise dans la technique de la peinture à l’huile, il opte pour le fusain (et plus tard le pastel), dont les brumes se prêtent à son trait malhabile, à ses rêveries. En plein air impressionniste alors en plein essor, il préfère l’exploration de ses paysages intérieurs, peuplés de maints démons.
Il est à rebours, comme son ami Huysmans, de son siècle positiviste. Ses Noirs, ensuite transcrits dans des albums de lithographies, dévoilent un monde céleste où des têtes coupées flottent en constellations. On y croise aussi des figures hybrides : une araignée au sourire humain, un lutin squelettique doté de branches-antennes, un œil-montgolfière, un dentier volant.
S’y ajoutent, en 1883 avec l’album Les Origines, nombre de chimères tirées de la mythologie : cyclope, sirène, centaure, pégase, satyre. La critique a voulu y voir l’influence de Darwin et de ses théories sur l’évolution, auxquelles Redon avait été initié par son ami, le botaniste Clavaud. Mais l’on ne peut s’empêcher de déceler aussi dans ces Origines la trace de sa propre enfance, si marginale et singulière.
Au fil des estampes, l’imagination de Redon semble moins foisonnante que celle d’Alfred Kubin par exemple, une génération après lui. Ses motifs de « têtes coupées » ou « d’œil énucléé » reviennent avec obsession. Il emprunte beaucoup, aux inventions d’un Goya, d’un Gustave Moreau. Mais ce violoniste accompli les réinterprète avec une émotion remarquable dans sa gamme si personnelle de noirs veloutés, illuminés d’or pâle.

 

or-the-crying-spider
-Lithographie noire-

 

Mysticisme paisible et syncrétique
Que se passe-t-il, en 1890, pour que l’artiste quitte soudain sa nuit mélancolique ? Une aube se lève avec le visage christique aux Yeux clos d’Orsay, qui émerge de la mer dans une forme de résurrection. Redon y renoue avec la couleur, d’abord pâle. Touché au cœur par la mort de son premier fils, Jean, en 1886, il fut à nouveau père d’un petit Arï, dont il saisit bientôt la grâce juvénile. Un mysticisme paisible et syncrétique s’insinue ainsi dans son œuvre.
En 1897, Redon a vendu la propriété de Peyrelevade, tombeau de son enfance et creuset de ses Noirs. Et sa palette, de plus en plus explosive, sera interprétée par des psychanalystes comme une « levée de l’inhibition ». En 1900, Redon sème des fleurs de rêve dans une lumière radieuse, qui évoque le printemps des estampes japonaises. Il a accompli son voyage, et s’ouvre désormais au soleil d’Apollon dont le char s’envole sur la dernière cimaise.

 

sans-titre
-Les yeux clos-

Teychon Baptiste

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s