Jumping Amsterdam 2019 : une édition en diamant

Soixante : le nombre de bougies que soufflait le Jumping Amsterdam lors du dernier week-end de janvier. L’évènement a été un énorme succès, pouvant compter sur un nouveau hall pour son salon du cheval, mais également le retour de la Coupe du Monde de saut d’obstacles. Sport, divertissement, Amsterdam : voilà ce que représentait le Jumping Amsterdam. Faisons le bilan de cette Edition de Diamant.

Du saut d’obstacles historique

Une Coupe du Monde spectaculaire

2019 signait le retour de la Coupe du Monde de saut d’obstacles à Amsterdam, qui avait eu lieu pour la dernière fois en 2008 avec la victoire du Finlandais Mikael Forsten sur Isaac du Jonquet. Pour cette avant-dernière étape qualificative du circuit d’Europe de l’Ouest, trente-neuf couples s’étaient donnés rendez-vous pour s’affronter et gagner des points afin de se qualifier pour la finale à Göteborg (Suède) en avril prochain.

Le parcours était digne d’une étape Coupe du Monde, et a posé de nombreuses difficultés puisque pas moins de sept couples ont décidé d’abandonner, dont l’Egyptien Sameh El Dahan avec Suma’s Zorro, vainqueur du Grand Prix du Paris Longines Eiffel Jumping et du Grand Prix du Rolex Grand Slame de Spruce Meadows en 2018. Un nom encore peu connu réalisait le premier parcours sans-faute : Rodrigo Giesteira Almeida en selle sur GC Chopin’s Bushi. Le local Eric van der Vleuten associé à Wunschkind le rejoignait ensuite, ce qui signifiait qu’un barrage allait avoir lieu afin de déterminer le vainqueur. Au final, huit couples se qualifiaient pour la finale au chronomètre.

Vite, plus vite, encore plus vite : voilà comment résumer ce barrage historique et des plus spectaculaires. En effet, chaque cavalier n’a fait qu’aller plus vite que le précédent, tenant le public en haleine qui n’a pu en revenir de voir un tel spectacle se dérouler devant ses yeux ! Le très talentueux Niels Bruynseels, élu récemment cavalier belge de l’année, était associé à sa merveilleuse Gancia de Muze avec qui il avait remporté le Grand Prix du Rolex Grand Slam de ‘s-Hertogenbosch, réalisait un beau parcours sans-faute en 35’09, prenant la tête du classement provisoire. Leader très provisoire puisque le tricolore Kévin Staut abaissait le chronomètre à 34’67 sur For Joy van’t Zorgvliet*HDC.

Alors que le temps du Français semblait imbattable, Daniel Deusser et Tobago Z étaient encore plus rapides et venaient s’imposer temporairement avec plus d’une seconde d’avance (33’54). Donnant tout ce qu’ils avaient le Suisse Pius Schwizer et Cortney Cox bouclaient eux leurs parcours en 33’34. Ne restait donc plus que le Suédois Henrik von Eckermann sur sa fidèle Toveks Mary Lou, jument avec qui il a pu remporter médailles aux derniers championnats d’Europe et Jeux Equestres Mondiaux, mais également avec qui il participait à la finale Coupe du Monde en 2018. Sachant qu’il fallait tout risque pour remporter l’épreuve, il n’a pas hésité à retirer une foulée entre le premier et le deuxième obstacle. Si cela peut paraître insignifiant, il a cependant pu économiser trois dixièmes de seconde : finissant en 33’01, il s’est ainsi emparé royalement de la victoire.

Il s’est d’ailleurs exprimé à ce sujet en conférence de presse : « Je ne pense pas qu’espérer suffise, il faut croire que vous pouvez le faire pour gagner. C’était une course, tout ou rien et au final ça a été tout pour moi aujourd’hui ». L’Allemand Daniel Deusser a également pris la parole, lui aussi surpris par ce barrage extraordinaire : « Aujourd’hui Tobago Z a fait un très bon barrage et pour être honnête, je ne pensais pas terminer troisième alors qu’il ne restait que deux couples à passer après moi, mais c’est le sport. C’était un très beau barrage et le public nous a motivés pour gagner. C’était certainement l’un des plus beaux concours pour notre sport ».

Interviewé plus tôt dans la journée, Henrik von Eckermann nous laissait savoir qu’il devait absolument prendre des points sur cette étape afin de se qualifier pour la finale. Chose faite puisque dans le classement général du circuit Coupe du Monde, il passe de la dix-neuvième à la septième place, s’offrant son billet pour la Suède. Grâce à sa performance, Daniel Deusser s’est lui emparé de la tête du classement. La dernière étape a eu lieu à Bordeaux du 7 au 10 février où nous étions également pour voir les cavaliers européens tout faire pour figurer parmi les dix-huit qualifiés pour la grande finale !

Grand Prix de la ville : le retour d’un avion de chasse français*

Le Grand Prix d’Amsterdam a lui signé le retour fracassant de Hermès Ryan, le petit alezan retrouvant ses ailes après une saison 2018 en dents de scie pour s’envoler vers la victoire. Simon Delestre a ainsi permis à la Marseillaise de résonner avec un double sans-faute en 30’62, succédant à Marc Houtzagaer et Sterrehof’s Calimero, vainqueurs de la même épreuve en 2018. Les Français semblent bien se plaire à Amsterdam, puisque la dernière victoire tricolore était celle de Patrice Delaveau et Lacrimoso 3*HDC en 2017. Derrière lui se trouvait encore une fois à la deuxième place Daniel Deusser en selle sur Jasmien van den Bisschop (34’94), lui-même devant Rolf-Göran Bengtsson et Oak Grove’s Carlyle en 32’03.

Dressage : Isabell Werth impériale

2016, 2017, 2018, 2019 : on pourrait dit « jamais trois sans quatre » pour l’Allemande Isabell Werth que rien ne semble arrêter ! Elle a en effet remporté pour la quatrième année d’affilée le Grand Prix Coupe du Monde avec Weihegold OLD. Avec une reprise à 86.810%, c’est à l’unanimité que les cinq juges l’ont placée en tête, autant au niveau artistique que technique. Le podium était plutôt uniforme puisque derrière elles se sont battues Dorothee Schneider et Helen Langehanenberg respectivement sur Sammy Davis Jr et Damsey FRH pour les deuxième et troisième place, toutes deux courant également pour le drapeau allemand. Tandis que l’une terminait avec 82.675%, l’autre scorait 82.440%. Ce résultat vient confirmer la domination allemande dans la discipline, les Germaniques étant champions d’Europe et du Monde en titre en individuel et par équipe.

Saluons cependant la très belle performance de l’Irlandaise Judy Reynolds et son hongre de dix-sept ans, Vancouver K. Le couple terminait avec 80.290%, réalisant non seulement un record personnel mais également historique pour l’Irlande dans une Reprise Libre en Musique. A l’inverse, note négative pour le Suédois Patrik Kittel. Associé à Delaunay OLD, il n’a terminé qu’à la quatrième place avec 82.290%, un score qui a déçu le public qui ne semblait pas être d’accord avec les notes des juges. Les spectateurs se sont en effet exprimés à l’annonce des résultats, des sifflets pouvant être entendus à travers le silence pesant.

Retrouvez les réactions des cavaliers lors de la conférence de presse :

Isabell Werth : « Nous avions un peu trop d’énergie hier et pendant les changements de pieds nous allions un peu trop en avant, mais rien de grave. Au final, je pense que ma jument a vraiment aimé ce qu’elle a fait et elle est très motivée. »

Dorothee Schneider : « Je suis très heureuse parce que mon cheval était très concentré, il était très frais et motivé : il voulait danser avec moi et la musique. Nous n’avons pas fait de grosse erreur, j’avais un très bon feeling et je suis très fière de lui. Monter sur cette grande piste avec un super public était extraordinaire ! »

Helen Langehanenberg : « Amsterdam est un concours génial et quand j’avais lu les noms des cavaliers qui venaient ici, je m’étais dit que la compétition allait être rude mais nous avons quand même tout donné. J’ai changé des petites choses dans ma kür parce que je pensais que nous pouvions faire mieux dans le score artistique et je n’ai eu que ma musique la veille de la freestyle. Mon cheval était très motivé pour la dérouler et nous nous sommes battus. »

Hans Pieter Minderhoud, meilleur cavalier néerlandais : « Je suis très content de ma reprise. J’ai essayé d’être dans le top trois de nouveau, mais mon cheval a trébuché et cela m’a coûté très cher. Je suis très satisfait de mon cheval qui ne fait que s’améliorer à chaque concours, il continue à progresser et grandir, et il adore la musique de notre reprise libre ! »

Championne du monde en titre, Isabell Werth est qualifiée d’office pour la finale et n’a donc pas pris de point à Amsterdam, permettant à sa compatriote Dorothee Schneider de s’emparer des vingt précieux points, la propulsant à la tête du classement général et lui assurant son ticket pour Göteborg. La dernière étape qualificative se tiendra à ‘s-Hertogenbosch, où nous serons présents.

Un spectacle réussi

La Police Métropolitaine de Londres montée avait fait le déplacement et traversé la manche en l’honneur du Jumping Amsterdam, dix ans exactement après leur dernière prestation dans la capitale néerlandaise, lors de la cinquantième édition de la compétition. Le Jumping Amsterdam a pu compter depuis 2010 sur des spectacles de prestige, avec entre autres les Français Jean-François Pignon, Lorenzo le Français volant, Mario Luraschi, les Horseman ou bien encore Alizée Froment.

Les Future Guys ont eux aussi fait le show : mélangez six casse-cous, des chevaux de western, du courage, de l’audace et de la vitesse : voilà le résumé du spectacle ! Entre cascades de vieux films westerns et rodéos, le public en a eu le souffle coupé !

Marie-Juliette Michel