Un défilé Cosmique

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

A« Vaines bagatelles qu’ils semblent être, les vêtements ont, disent-ils, un destin plus important que de nous tenir chaud. Ils changent notre vision du monde et le point de vue du monde sur nous. » disait Virgina Woolf. La mode, les habits, les créations ne sont pas que des simples morceaux de tissu assemblés par une personne. C’est un art, une façon de s’exprimer, de raconter et c’est ce que nous a rappelé le Keos Fashion Show.

Ce mercredi 13 mars, l’association Keos nous amenait dans l’univers de la mode sur le thème de l’Odyssée de l’espace. La thématique aussi inspirante que vaste a été un choix travaillé : « On voulait quelque chose d’assez actuel avec des inspirations visuelles fortes, quelque chose qui puisse parler au plus grand nombre en apportant de la cohérence tout en laissant de la place pour la diversité », nous a notifié Guillaume Hanet, un des organisateurs.
C’est à l’institut culturel de Bordeaux qu’ils ont reçu pas loin de 400 personnes à plonger dans un monde futuriste.  Dans le bâtiment principal : champagne, concert, les quarante personnes du staff, aux yeux ornés de maquillage pailleté déambulent entre les invités, dans un décor décalé. Dans les murs de l’institut, se déroule en même temps l’exposition de Rancinan « Festin » qui nous plonge déjà dans un univers créatif particulier. L’événement se passe notamment en partenariat avec l’agence « Revel » photographiant qui le veut, tout au long de la soirée. C’est à 20h30 que nous avons commencé à nous diriger vers le podium pour assister au show.


       TOUT UN FASHION SHOW

Le défilé, est en fait un concours entre dix créateurs ; chacun propose 3 créations sur le thème et les élus du podium seront nommés en fin de soirée. L’ambiance astronomique enveloppe le podium ; musique, projections, fumée, décoration appliquée, nous sommes imprégnés du thème avant même l’avancée des mannequins. Le show est amorcé par de la danse, la prestation fluide et entraînante rend impossible le fait de décrocher nos yeux des danseuses, représentant l’univers de l’espace.

Lors des premiers pas sur le podium, le public retient sa respiration, les réactions sont fortes ; si elles ne s’entendent pas, elles se ressentent. Le public commente, juge, chacun participe intérieurement aux pas des mannequins qui défilent. Les passages se font un à un, puis les trois créations d’un même styliste remontent le podium, et le créateur se montre sous les applaudissements du public, enfin, les créations suivantes s’enchaînent.

Chaque créateur se distingue, on peut ressentir l’identité de chacun retransmise dans les créations, inspirées et interprétées du thème de l’Odyssée de l’espace. On y retrouve des touches d’inspirations évidentes allant du Mad Max à Blade Runner. Mais également les incontournables de l’univers futuriste : les néons, le blanc, le transparent, l’environnement. Sans oublier l’univers de l’astronomie avec des matières telles que l’aluminium, et des accessoires « scaphandresque », tels que, Monsieur McQueen aurait voulu porter pour un voyage dans l’espace. L’esprit du thème, tout aussi bien représenté par l’excellent travail des 10 maquilleurs et 20 coiffeurs, les mises en beauté, plus surprenantes les unes que les autres, ne nous font pas perdre une goutte du spectacle.

Dans les grands de la mode, les thèmes alliant futurisme et cosmos sont mis à l’honneur : chez Chanel, on se rappelle en 2017 de cette surprenante fusée. Mais également au défilé Dior homme en novembre 2018 à Tokyo, où les créations sortaient tout droit d’un film de science-fiction. Dernière maison en date, on ne peut s’empêcher de faire un lien entre l’univers du défilé et la représentation de la collection hiver, en février, d’Yves Saint Laurent où les néons et l’ambiance décalée étaient au centre du show. Il semblerait que le monde futuriste soit une source d’inspiration forte à la mode.


   UNE CRÉATION, UNE HISTOIRE

Des créations visuellement impressionnantes certes, mais si elles ont suscité autant de réactions c’est parce qu’elles étaient plus profondes, et émotionnellement fortes, elles racontaient une histoire. C’est ce que nous dit une des spectatrices, « Les créations les plus frappantes c’était des presque-scènes finalement, on s’attendait à quelque chose de plus neutre, et on a été agréablement surprises ». L’imagination à couper le souffle des créateurs, a transporté le public ; une dame nous a confirmé que son coup de cœur allait à la création qu’elle considérait la plus parlante, celle qui lui a raconté une histoire. Elle fait référence à celle d’un homme dont deux tubes respiratoires sont reliés à une boîte de verre, elle, attachée dans son dos comportant des plantes vertes. Cette création revient à la gagnante, la créatrice Flavie Espinoza qui remporte d’ailleurs un shooting avec l’agence Revel.

La soirée s’achève dans le bâtiment principal, buffet, vin bio, réactions et beaucoup de félicitations. Les mannequins sont eux aussi ravis, « C’est beaucoup de pression quand on représente le travail de quelqu’un. On ne veut pas décevoir, mais si on le fait c’est pour ces quelques secondes de bonheur sur scène où l’on est fier de porter ses créations, en l’occurrence pour nous, celles de Barbara Thienpont. », Barbara Thienpont est la seconde sur le podium ce soir-là.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quant à la troisième du palmarès, Pauline Ferreira, elle fera l’objet d’un article portrait à venir dans notre journal, pour vous amener dans les coulisses de la mode et vous présenter les dessous du domaine de styliste.

Si Le Keos Fashion show fut une réussite, nous, nous la qualifierons d’une explosion d’inspiration artistique à la supernova.

Mahina VIGNON
Photographies : Baptiste Teychon