Par-delà l’écran, la vie

C’est en m’alimentant de mon bol de news quotidiennes sur l’industrie vidéoludique que je suis tombé nez à nez avec la bande-annonce de la dernière production de Oddworld Inhabitants, Oddworld : Soulstorm. Lorne Lanning, co-fondateur du studio de développement américain, assure le show lors de l’annuel Game Developers Conference. Il étale devant la presse du monde entier son reboot de l’illustre Oddworld : L’Exode d’Abe paru en 1998 sur la console PlayStation, première du nom. En 2014, après une dizaine d’années de vaches maigres et de projets annulés, le studio ressuscite le premier épisode d’une franchise qui contribua à accorder à la nouvelle marque de Sony une place de choix dans le coeur d’une toute nouvelle génération de joueurs. Dix-sept années séparent Oddworld : L’Odyssée d’Abe et son remaster Oddworld : New’n’Tasty. Le projet ambitieux débuté en 2010 met à sa sortie une deuxième claque à destination de tous les enfants devenus grands, heureux de redécouvrir dans une carrosserie flamboyante en trois dimensions sur un nouveau moteur tournant comme une horloge, les premières aventures d’Abe le Mudokon. 

Sans vous en douter une seule seconde, vous n’étiez pas le seul gamin innocent à faire mumuse avec les commandes vocales du personnage. Pendant que vous faisiez vociférer à Abe des “Suis-moi !” ou autres “Je ne sais pas !” et que vous écarquilliez vos petits yeux de mouflons sur la TV à tubes cathodiques du salon, un récit humain, hors du commun, a débuté. 

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est 1W0sN49W5_WU-s8FjxmverXsLrnXBWOsv_BD1OUMAlyXgOgGLN6RsjHWa-6h0tnlYYQX-cPengGFVSBmT1kqKa1OAJdAZtBpOCWJWlUlQHT1fGvhJjTyEIR2fIfSPPF7-cu0W3Zb


En 1997, à Leicester dans le Royaume-Uni, Alfred Gamble, un ancien vétéran de 70 ans de l’armée britannique perd sa femme qui décède d’un cancer. Cette tragédie pousse le pauvre homme au bord du gouffre, lui qui a perdu une de ses filles quelques années auparavant dans un accident. Devenu dépressif, Alfred décide de mettre fin à ses jours mais, fort heureusement, rien ne s’est passé comme prévu… 

Juste avant de passer le pas, il part avec ses dernières économies en poche pour s’offrir quelque chose qu’il n’a jamais possédé durant son existence. Il part dans un supermarché, s’arrête à un magasin de jeux vidéo et achète la nouvelle née de Sony, la PlayStation, avec plusieurs jeux dont Oddworld : l’Odyssée d’Abe et Tomb Raider. Le monsieur commence à brancher la console et voit ce qu’il nomme “une révélation”. Dès lors, rien ne sera jamais pareil, c’est un nouveau départ pour Alfred, une nouvelle “vie-vidéoludique”. Selon le Fandom sur l’univers de science-fiction de Lorne Lanning, la femme d’Alfred est décédée le même jour que la sortie du jeu, le 19 septembre 1997. Le bon monsieur fait rapidement le rapprochement.


“Le jour où L’Odyssée d’Abe est né” 

Alfred est littéralement absorbé par l’univers. Il envoi une lettre manuscrite de six pages à Oddworld Inhabitants pour remercier l’équipe de développeurs de lui avoir sauvé la vie. Sherry McKenna, co-fondatrice du studio, avoue être particulièrement touchée, elle fond en larmes. Encore aujourd’hui, elle préfère laisser Lorne Lanning raconter l’histoire d’Alfred Gamble qui continua d’envoyer régulièrement des lettres pour raconter son expérience de jeu et pour montrer aux créateurs sa nouvelle passion : l’univers qu’ils ont créé. Un tatouage sur l’avant-bras, des t-shirts customisés, des posters et des affiches, l’ancien héros de guerre dépense sa retraite dans des goodies en tout genre de l’univers qui l’a extirpé du suicide et qui constitue à l’aube du XXIème siècle, sa nouvelle raison de vivre. 

En hommage à cet homme, le studio crée un personnage à son nom pour le deuxième opus sorti en novembre 1998. Alf le Mudokon, accompagne la troupe d’Abe. Les péripéties du premier opus conduisent les cinq Mudokons à traverser le désert en quête de Necrum. La nécropole des Mudokons est devenu le nouveau terrain d’exploitation des industrieux Glukkons qui fabriquent de la bière à partir des os des défunts. Dans une des fins alternatives du titre, Abe aperçoit Alf, qui a depuis ouvert un salon de thé aux Lignes de Monsaic.

Seize années plus tard, Oddworld Inhabitants va plus loin. Dans New’n’Tasty, un contenu téléchargeable intitulé “Alf’s Escape” place le personnage au coeur de l’intrigue et offre la possibilité au joueur de contrôler le Mudokon (dont l’apparence est visible sur la photo de couverture). 

Une partie prenante de l’univers

C’est en novembre 2000, lorsque les développeurs publient une nouvelle version du site internet officiel de la licence comprenant une section nommée “Alf’s Rehab and Tea”, qu’Alfred Gamble sort de l’ombre. Dédié aux fans du jeu vidéo du monde entier, le site comprend une section “fan du mois”, un forum, un espace pour les fan-fiction, et un espace pour communiquer avec les développeurs. Membre actif de cette communauté, Alfred Gamble est perçu comme quelqu’un de “toujours gentil, aimable, aux manières impeccables.” Il devient le deuxième fan officiel du mois. Son 76ème anniversaire est fêté par les membres du forum qui parlent de lui comme le “plus grand d’Oddworld de tous les temps” ; certains expriment même leur jalousie vis-à-vis de ses t-shirts. Le Fandom nous apprend que plus tard dans l’année, le Britannique a essayé de se connecter dans un premier temps à Internet pour communiquer avec la communauté mais sans succès. 

En janvier 2006, sa fille annonce par l’intermédiaire d’un administrateur du forum, le décès d’Alfred Gamble. Un mois plus tard, elle remercie la dizaine de fans qui ont envoyé un message de doléance. Alf’s Assistant, un autre membre de la communauté de fans, développeur chez Oddworld Inhabitant, l’a secondé depuis deux ans. Attristé par cette nouvelle, il raconte une anecdote selon laquelle le Britannique a envoyé une lettre aux développeurs dans l’espoir qu’ils la transmettent à Bill Gates, le P-DG de Microsoft. En effet, déçu de la manette de la Xbox qu’il jugeait peu ergonomique, le retraité a dessiné des plans pour créer un nouveau design plus adéquat au jeu vidéo. 

L’utilisateur Alf’s Assistant partage les mots du fan invétéré :

Since losing my wife and other children, I was at a loss with what to do with my life alone. …

… in my despair I purchased a PlayStation and the Oddworld: Abe’s Oddysee game.

You should see me now; I’m a new man, living like my wife and I used to 50 [I think it says 50, maybe 60, it’s small] years ago… everyday is precious… all thanks to Abe’s Oddysee. …

Thanks for helping me over my trauma and back to a full life.”

Le jeu vidéo au chevet des joueurs

Le soutien apporté par les fondateurs d’Oddworld n’est pas un cas à part. Depuis plusieurs années, les acteurs de cette industrie participent à ce genre d’initiative.

 En septembre 2011, Michael John Marmaril décède d’un cancer à l’âge de 22 ans. Fan de la licence Borderlands, son ami Carlo écrit un email au studio Gearbox Software afin de demander si le personnage, ClapTrap, un robot éloquent, pouvait lire l’éloge funèbre du défunt. Le studio répondit à l’affirmative et fît mieux en créant un personnage non-jouable à son effigie dans le jeu

Deux ans plus tard, James Payne un Britannique atteint d’un cancer du foie, un fan de la série des jeux de stratégie Total War est invité par le studio britannique Creative Assembly à visiter les locaux et à être le premier joueur du prochain opus Rome II. Très touché par cette visite, le responsable en charge de la création des personnages prend la décision de le numériser dans le jeu en tant que soldat romain. 

En octobre 2018, la division néerlandaise de Rockstar Games rend visite à Jurian, un fan du premier Red Dead Redemption hospitalisé depuis 2004. En phase terminale, Jurian a pu réaliser son rêve : jouer au deuxième opus. 

Comme le rappelle le site ComicBook.com, Nintendo et Bethesda Softworks ont aussi véhiculé ce genre d’initiative.

Encore récemment durant l’E3 2019, et de façon plus “spectaculaire”, l’acteur Keanu Reeves répond en direct à un fan durant le show du constructeur américain Microsoft. L’acteur est impliqué dans Cyberpunk 2077, le nouveau né de l’éditeur et développeur polonais CD Projekt Red, qu’il représente devant une foule éberluée. Un membre du public lance un “You are breathtaking !” auquel Reeves répond à son tour “You are breathtaking !”. Interpellé par le community manager de l’éditeur qui lui indique qu’il a gagné une édition collector du jeu, l’internaute, qui s’avère être un youtubeur invité à la conférence, fait le buzz. Profitant du feu des projecteurs, il demande au community manager si, à la place de la version collector du jeu, le développeur polonais ne pouvait pas offrir à un hôpital des stations de jeux adaptés pour les enfants. Demande, une nouvelle fois prise en considération par le développeur.

Si les voies entre réalité et virtualité restent impénétrables, le rapport entre le créateur, sa production et le joueur tend à s’humaniser. Néanmoins, il convient de ne pas omettre la dimension promotionnelle d’une telle manoeuvre de bienfaisance qui offre, dans tous les cas, une mise en lumière de la production concernée. 

Sources : 

Rémy LéTang