Le pop-corn, un détail important dans l’histoire du cinéma

Le pop-corn est aujourd’hui un passage quasiment obligatoire au cinéma : sucré, salé et même désormais chocolaté, celui-ci fait le plaisir des petits et des grands gourmands voulant profiter d’un film. Mais s’est-on déjà demandé d’où il venait ? Et pourquoi aujourd’hui la société occidentale en fait une « institution » ? Nous allons replonger dans l’histoire Américaine du 19 e pour en découvrir ses origines ! 

En effet, quand on pense au pop-corn on pense directement à la société de consommation et aux États-Unis mais ce n’est pas là que tout a commencé. En fait, à l’origine le pop-corn était en Amérique du Sud un aliment sacré posé sur les tombes en guise d’offrandes aux défunts.

Il a été apporté bien plus tard aux États-Unis qui s’étonne d’une nouvelle variété de Maïs le  “ Zeas mays var everta” il suffisait alors de mettre un peu d’huile dans un récipient couvert  pour que le maïs “pop” et gonfle! C’est en fait l’enveloppe du maïs qui se rompt sous la chaleur et gonfle. De ce fait, l’arrivée  le mot “pop-corn” fait son entrée dans le dictionnaire en 1848 par un certain JR.Bartlett. Mais c’est bien plus tard qu’un confiseur Américain décida d’en faire son gagne-pain. Après avoir essayé de vendre des cacahuètes grillées, il remarqua que le coup du mais était bien moins cher et provoque moins d’odeur et de fumée, et donc attirait plus de clients. Ainsi, en 1893 il présenta sa machine à pop-corn à l’Exposition Universelle, un homme trouva l’idée révolutionnaire et acheta la licence pour tout le pays! Si le confiseur avait su le succès de ces confiseries peut être aurait il réfléchit deux fois… 

Mais le cinéma dans tout ça ? 

source : Google Images

La production de pop-corn étant très peu coûteuse, le pop-corn devient avant tout une confiserie de divertissement qu’on voit partout. Sauf … au cinéma et au théâtre ! On commence à le voir dans les fêtes foraines, les cirques, les événements sportifs et même les meetings politiques… L’explication est simple. Du fait de son moindre coût, le pop-corn est vu comme “la confiserie du pauvre” et donc pas très classe! Pas assez haut de gamme pour le cinéma qui, à l’époque, était réservé à une certaine élite. Mais à l’arrivée du cinéma parlant, les producteurs de pop-corn essayent tant bien que mal d’en faire une confiserie “haut de gamme” et se présentent devant les cinémas en vendant les sachets au prix d’une place. 

Tout se bouscule lors de la Grande Dépression Américaine au milieu des années 30. L’économie s’effondre, il faut trouver du profit ailleurs… du fait de sa production peu coûteuse on décide enfin de mettre en avant la confiserie divine. Les cinémas ferment mais le pop-corn s’émancipe ! Les industries cinématographiques se demandent comment faire tourner un cinéma. Ils ont alors l’idée de lier plaisir du cinéma et gourmandise et installent dans les cinémas des rayons de confiserie, et commence bien sûr par les sodas… et le pop-corn! C’est ainsi qu’une chaîne de cinéma de Dallas installe 80 machine à pop-corn dans 85 de leurs salles. Les pubs s’enchaînent avant le film, “venez donc faire un tour au comptoir pour manger du pop-corn!” Par conséquent, les seuls salles de cinéma à ne pas faire faillite sont celles qui ont en leur possessions la graine magique!

Vous savez maintenant que grâce au pop-corn , vous pouvez encore aller au cinéma! 

Cependant en France le pop-corn est encore vu comme une friandise réservée aux cinémas diffusant des films américains à grand succès. Mais de plus en plus le dégoût du pop-corn jugé trop “sale” par les cinémas indépendants s’estompe… Qui n’aime pas le pop-corn aujourd’hui? 

Solène Reztrop