Ces actrices engagées. Audrey Hepburn et l’UNICEF 2/5

Loin de l’image glamour qu’a pu laisser son personnage d’Holly Golightly dans Diamants sur Canapé, Audrey Hepburn était avant tout une femme d’engagement et de valeurs. 

Née en Belgique en 1929, elle a 10 ans quand la Seconde Guerre Mondiale éclate et vit dès lors une enfance marquée par la sous-nutrition. Son corps, qu’elle juge trop maigre, la suit toute sa vie et l’empêche d’atteindre son rêve, devenir danseuse étoile. Audrey Hepburn a toujours gardé cet épisode au fond d’elle-même….

1954, Broadway, 24ème cérémonie des Oscar. Audrey Hepburn connaît une renommée mondiale grâce à son rôle de la Princesse Anne dans Vacances Romaines pour lequel elle remporte son unique Oscar. Pendant une quinzaine d’années, tous les films dans lesquels elle joue deviennent des succès ou des classiques (Guerre et Paix, Charade, My Fair Lady) et elle côtoie les plus grands acteurs masculins de son temps à qui elle donne la réplique à l’instar de Mel Ferrer qu’elle a épousé, Cary Grant, Gregory Peck, William Holden, Rex Harrison, Peter O’Toole, Fred Astaire, George Peppard, Humphrey Bogart et jusqu’à Sean Connery.

Audrey Hepburn et son mari Mel Ferrer sur le plateau de Guerre et Paix.

En 1968, l’actrice souhaite mettre un terme à sa carrière cinématographique pour profiter de sa vie de famille et refuse de nombreux rôles dont celui d’Out of Africa finalement attribué à Meryl Streep.

En 1988, elle devient ambassadrice de l’UNICEF et prend son engagement à coeur. Toute sa vie, Audrey Hepburn a fait preuve de bienveillance et de générosité. Devenir ambassadrice d’une telle organisation ne pouvait être qu’un engagement sincère et nécessaire en adéquation avec ses valeurs de toujours pour essayer d’améliorer les conditions des plus démunis. 

L’UNICEF est l’une des premières organisations humanitaires à penser faire appel à des célébrités pour qu’elles utilisent leur image en faveur de l’action menée. Dans les années 50, l’acteur Danny Kaye avait déjà utilisé sa notoriété pour la cause. Audrey Hepburn fait de même et réalise ainsi une cinquantaine de voyages en Afrique, en Asie et en Amérique centrale et du Sud. Bien que sa mission n’ait duré que quatre ans, jusqu’au diagnostic de son cancer à l’hiver 1994, l’égérie Givenchy n’a cessé de donner de sa personne pour essayer d’améliorer les conditions de vie des plus pauvres.

L’une de ses premières missions a été de se rendre en Ethiopie où sécheresses et guerre civile faisaient régner pauvreté et famine. Pour mobiliser les puissances à la fois riches et décisionnelles, elle donne sans répit des interviews à son retour auprès des presses occidentales. Puis elle se rend en Turquie pour un projet de vaccination contre la polio, en Equateur pour aider à un projet contre le travail des enfants, au Guatemala et au Honduras pour améliorer les conditions d’approvisionnement en eau potable, au Salvador pour un projet d’alphabétisation, etc.

Lors de ses retours en Occident, elle fait part de ce qu’elle a vu, ce qui l’a choquée et des choses qu’il faut absolument changer. Elle prend notamment la parole au Congrès américain, elle participe au Sommet mondial pour les enfants et fournit des rapports sur la Situation des enfants dans le monde. Elle utilise son image d’ancienne icône d’Hollywood lors de concerts de bienfaisance pour récolter des fonds et ne cesse d’enchaîner les interviews pour sensibiliser toujours plus à la cause de l’UNICEF.

Logo de l’UNICEF

Aujourd’hui, Audrey Hepburn reste l’une des plus grandes actrices hollywoodiennes des années 60 en plus d’une femme remarquablement engagée pour ses semblables. Sa simplicité et sa vision de la vie l’ont poussée à mener des combats justes et essentiels. 

L’une des plus belles phrases que l’on peut retenir d’elle et qui s’appliquent parfaitement à son action est sans doute : “Pensez-y : si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une à chaque bout de vos bras. En vieillissant, vous vous rendrez compte que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous- même, l’autre pour aider les autres.”

Ludivine PASCUAL