Ces actrices engagées. Meryl Streep versus Donald Trump 4/5

Meryl Streep est considérée comme l’une des plus grandes actrices américaines de son temps. Ses rôles éclectiques ont prouvé qu’elle peut tout jouer et que son ouverture d’esprit n’a pas de limite. En plus d’être une femme de talent, elle n’a pas sa langue dans sa poche et l’a fait comprendre plus d’une fois durant les surprenants événements politiques que connaissent les Etats-Unis depuis quelques temps. Elle a tenu à apporter son soutien à Hillary Clinton pendant la campagne présidentielle de 2016 contre Donald Trump. Bien que le républicain ait été élu, Meryl Streep considère que le combat ne s’arrête pas là et décide de poursuivre la lutte qui consiste à défendre la liberté des médias et celle des artistes.

Left, by Rochlin. Right, by D. Dipasupil/Filmmagic. Both from Getty Images.

En 2016, dans le contexte d’un festival de théâtre sur Shakespeare et durant le temps d’une chanson, Meryl Streep se déguise en Donald Trump avec un auto-bronzant orange et une coiffure semblable à celle du président américain tandis que l’actrice Christine Baranski est, elle, déguisée en Hillary Clinton. 

Donald Trump en meeting à Phoenix en août 2016

Lors des Golden Globes 2017, Meryl Streep prononce un discours que les mémoires n’oublieront pas de sitôt. Elle dénonce le comportement de Donald Trump lorsqu’il a imité un journaliste handicapé. C’est, selon elle, la “performance de l’année”. Elle reste scandalisée que l’homme le plus puissant du pays ait pu humilier ainsi une personne à cause d’une différence.

Sans jamais citer Donald Trump dans son discours, elle critique librement la position anti-immigration du président des Etats-Unis en expliquant que de nombreuses actrices et acteurs sont issus de l’immigration et que, sans eux, le cinéma n’existerait pas. De même, elle défend la presse, souvent ciblée par Donald Trump, et explique l’importance du rôle qu’ont les médias d’informer les gens et de relayer les informations, celles-là même que Donald Trump voudrait voir disparaître.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là car Donald Trump n’a pu se retenir de répondre à l’actrice avec bassesse en tweetant, comme à son habitude, en disant qu’elle était “l’une des actrices les plus surestimées d’Hollywood”. Pourtant, en 2015, il avait assuré qu’elle était l’une de ses actrices préférées et qu’il la considérait comme quelqu’un de bien. Dans un discours, un mois après les Golden Globes, Meryl Streep lui répond “«Oui, je suis la plus surestimée, la plus récompensée, la plus réprimandée des actrices de ma génération». 

George Clooney prend la défense de Meryl Streep et pointe également Trump du doigt en expliquant qu’après avoir été malchanceux avec Bush, le peuple américain le sera encore un certain temps. 

L’actrice explique qu’elle ne souhaite pas devenir la porte-parole d’un front anti-Trump mais qu’elle ne peut pas résister à exprimer ses convictions quand quelqu’un les menace.

Ludivine PASCUAL