Ces actrices engagées. Julianne Moore et les armes 5/5

Julianne Moore est l’une des rares artistes à avoir réussi le “grand chelem”, c’est-à-dire à avoir remporté un prix d’interprétation à Cannes, Venise et Berlin, soit les trois plus grands festivals de cinéma. Mais en plus d’être une actrice brillante, elle se bat depuis peu contre la vente d’armes aux Etats-Unis. 

Elle prend réellement conscience du danger des armes à feu lorsqu’elle doit expliquer à sa fille de dix ans, sans la traumatiser, la tuerie de l’école primaire Sandy Hook en 2012. Elle décide d’entrer en rébellion contre la politique d’inaction de Donald Trump, lequel dénonce les gens qui utilisent les armes plutôt que de reconnaître que la liberté de circulation d’armes à feu est un problème récurrent en Amérique. Pour autant, Julianne Moore ne va pas à l’encontre du Deuxième Amendement de la Constitution des Etats-Unis qui autorise les citoyens américains à porter des armes pour leur sécurité. Elle travaille, avec Everytown for Gun Safety, une organisation en faveur du contrôle des armes à feu. 

En 2018, elle explique qu’avec l’élection de Trump « les gens sont devenus plus engagés politiquement. Grâce à nos actions, vingt Etats ont déjà voté une loi de vérification des antécédents des possesseurs d’armes à feu, j’aimerais que cela soit étendu à l’ensemble des Etats-Unis. » En effet, le problème des armes à feu aux Etats-Unis, c’est que n’importe qui, quels que soient ses antécédents, notamment psychologiques, peut acquérir une arme à feu.

Logo de Everytown for Gun Safety

L’actrice explique au site People : « avant d’être des acteurs, nous sommes des citoyens et nous croyons en la Constitution et au Second Amendement. Mais 92% des habitants des Etats-Unis sont également en faveur d’une vérification des antécédents, donc je ne pense pas faire partie d’une minorité. J’ai vraiment l’impression de faire partie de la majorité. » 

Elle a écrit dans la Lenny Letter, une newsletter hebdomadaire féministe où s’expriment des femmes influentes telles que Michelle Obama ou Jane Fonda, pour sensibiliser une fois de plus sur l’importance du contrôle des armes à feu. Elle explique qu’en moyenne 91 personnes sont tuées chaque jour par des armes à feu aux Etats-Unis et que 40% des armes vendues sont acquises par des utilisateurs dont les antécédents n’ont pas été vérifiés. Elle écrit que « en matière d’armes, ce n’est pas un débat entre les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. Ça ne devrait pas être une bataille partisane. Ça ne devrait pas être une dispute pro-armes versus anti-armes. Ce n’est pas un conflit au sujet de notre Constitution. Le Second Amendement donne le droit aux citoyens américains de porter une arme à feu. Mais une arme est une machine. Et si tu choisis de posséder des armes, tu as la responsabilité de t’en servir avec précaution. » Julianne Moore donne également quelques chiffres marquants pour sensibiliser davantage. Ainsi, le taux de mortalité par arme à feu est 20 fois plus élevé que dans n’importe quel pays développé. De plus, les Américaines auraient onze fois plus de risques d’être tuées par une arme à feu et, selon les études, les femmes victimes de violence conjugale ont 20 fois plus de risques d’être tuée par arme à feu si le ménage en possède une. 

Les armes sont un problème à la fois social et politique.

Julianne Moore est également à la tête du collectif Everytown Creative Council, réunissant plus de 80 artistes qui souhaitent informer et bousculer les mentalités dont Sofia Coppola, Christina Applegate, Kevin Bacon, Alec Baldwin, Elizabeth Banks, Steve Carell, Jessica Chastain, Don Cheadle, Lee Daniels, Kirsten Dunst, Michael J. Fox, Bryce D. Howard, Helen Hunt, Rashida Jones, Mindy Kaling, Donna Karan, Kim Kardashian, Jennifer Lawrence, Spike Lee, Yoko Ono, Gwyneth Paltrow, Sarah Jessica Parker, Amanda Peet, Mark Ruffalo, Meg Ryan, Zoe Saldana, Amy Schumer, Russell Simmons, Liv Tyler ou encore Reese Witherspoon. 

Enfin, elle fait partie d’un groupe de “mamans demandant une action pour le contrôle des armes à feu en Amérique”. 

 Ludivine PASCUAL